| Documentation | Articles | Psychothérapie / Relation d’aide

Loi sur la psychothérapie : fin de l’histoire ?

La Cour Constitutionnelle vient de donner raison à la ministre de la santé en rejetant l’ensemble des recours contre sa loi sur la psychothérapie.

Si cette décision peut paraitre heureuse pour les uns et déplorable pour les autres elle montre aussi une démarcation claire entre deux visions de la psychothérapie et, partant, deux visions de la société.

La loi sur la psychothérapie promue par la ministre Maggie De Block est entrée en vigueur en septembre 2016.

De nombreuses voix opposées à cette vision réductrice et normalisante du métier se sont élevées et plusieurs recours devant la Cour constitutionnelle ont été déposés.

Un premier recours a permis aux professionnels qui pratiquaient - sans entrer dans les conditions requises par la nouvelle loi - de poursuivre leur pratique si elle est antérieure au 1er septembre 2016 et ceci tant que le gouvernement ne propose pas de nouvelles mesures transitoires moins discriminantes.

Plusieurs autres recours ont ensuite été engagés visant l’annulation complète de la loi.
Ces recours portés par de nombreuses associations et des centaines de psychothérapeutes viennent d’être rejeté par la Cour le 1er mars 2018.

Si cette décision reste déplorable elle clarifie la situation.

La décision de la Cour permet donc à la ministre de poursuivre l’installation d’un système de soin qui privilégie l’économie et la standardisation des soins.

Une ligne de démarcation plus précise apparait dès lors entre deux visions radicalement différentes de l’accompagnement des difficultés psychologiques.

La première, désormais reconnue comme "officielle", est ancrée dans une vision "techno-médicale" où la souffrance et les difficultés psychologiques sont considérés comme des dysfonctionnements qu’il convient de traiter suivant la triade symptôme -> diagnostic -> traitement.

La seconde approche ancre sa pratique dans un champ plus large de la relation d’aide qui privilégie la singularité de chacun et refuse de réduire les difficultés, questions et souffrances psychologiques à des troubles de fonctionnement qu’il faut "traiter".

Malgré ce que certains soutiennent il n’y a pas - par rapport à ces deux visions - d’un côté ceux qui seraient qualifiés pour pratiquer légalement et de l’autre ceux qui ne le seraient pas. Le débat se porte en réalité aujourd’hui sur la volonté ou non d’inscrire sa pratique dans le cadre et le modèle imposé par le gouvernement en matière d’accompagnement psychologique. Et ceci quelles que soient les formations des praticiens.

Dans l’avenir, le public devra pouvoir comprendre plus clairement à quel type de professionnel il souhaite s’adresser.

Pour bien comprendre les enjeux de la loi, le Collectif Alter-Psy, particulièrement engagé et actif dans ce combat, a publié deux articles de synthèse sur son site.

Le premier fait suite à une rencontre organisée le soir même de l’arrêt de Cour Constitutionnelle. Il propose une première analyse de la situation. (Lire l’article)

Le deuxième présente le contexte, l’histoire et les perspectives pour le futur de la psychothérapie. (Lire l’article)

Un nombre important de psychothérapeutes professionnels - pour la plupart pourtant dûment autorisés à poursuivre la pratique de la psychothérapie - envisagent de se démarquer du cadre voulu par la ministre de la santé.

La question n’est donc plus de savoir qui est autorisé à pratiquer la psychothérapie mais qui sont ceux qui souhaitent, ou non, pratiquer la psychothérapie telle que définie et cadrée par la nouvelle loi.


Article publié le 11 mars 2018
Cet article vous a intéressé ? Restez informé des nouveautés en vous abonnant à notre newsletter.
Partager cet article
Autre(s) article(s) proposé(s) par Dumont Benoît
Champ-Psy - (im)pertinent et constructif
Le sort de la psychothérapie sera t-il scellé dans les prochaines semaines ? Personne ne peut à l’heure actuelle se prononcer mais il est essentiel (...)

Loi « contre la psychothérapie » résumé des actions juridiques
L’opposition à la loi votée en juin 2016 ne faiblit pas. Voici le résumé des sept actions juridiques menées contre les mesures qui menacent la (...)

Les psychothérapeutes baissent-ils la garde ?
La loi contre la psychothérapie votée en juin 2016 a été suspendue en décembre. C’est sans nul doute grâce à la mobilisation de plusieurs associations (...)

Alter-Psy, un collectif citoyen pour une psychothérapie plurielle de qualité.
La mutation implacable de la société actuelle vers la mondialisation engendre des angoisses légitimes et complexes qui poussent certains à (...)

Les psychothérapeutes adressent un mémorandum au Gouvernement.
Le 7 février 50 responsables d’institutions ou d’enseignement des principales orientations psychothérapeutiques reconnues ont adressé au Gouvernement (...)

La Ministre Maggie De Block impose sa vision de la psychothérapie.
La Ministre de la Santé Maggie De Block vient de publier ce 5 février un communiqué de presse qui en dit plus sur ses (...)

Les psychothérapeutes se mobilisent contre la modification de la loi de 2014 sur la Psychothérapie !
Une loi bien faite risque de voler en éclats ! Le précédent gouvernement a voté une loi sur la défense du titre et de l’exercice de la (...)

Mieux-être : des métiers et des outils.
La 3e édition du Bistrot Mieux-Etre accueillait une fois encore plus de 70 professionnels d’écoles, de courants et de disciplines différentes réunis (...)

A propos de la loi sur la psychothérapie
La loi concernant la psychothérapie en Belgique a été votée à la Chambre le 30 janvier 2014. Elle encadre l’usage du titre de psychothérapeute et (...)

Carl Rogers avait raison !
Ce n’est pas la technique, ce n’est pas le thérapeute, ce n’est pas le niveau de formation, ce n’est pas la nouvelle drogue miracle, ce n’est pas le (...)

"165 millions d’Européens affectés par des troubles mentaux"
J’ai lu deux articles passionnants cette semaine. Le premier concerne cette étude récente selon laquelle près de 40% des européens souffriraient (...)

A propos du mieux-être et de la variété des approches
Aussi étonnant que cela puisse paraitre à certains, avant 1990 il n’existait pas de mot pour parler de l’ensemble des approches de psychothérapies, (...)

Les faux prophètes et les charlatans
Contrairement à ce qu’on pourrait penser, ce ne sont pas seulement les personnalités faibles ou immatures qui peuvent tomber sous influence car tout (...)

A propos des psychothérapies
Si, jusque dans les années soixante, l’offre était dominée par la psychanalyse, elle s’est atomisée en une myriade d’approches correspondant à des (...)

A propos du développement personnel
Quelle est la ligne de démarcation entre psychothérapies et développement personnel ? Que peut-on attendre, et ne pas attendre de démarches qui (...)

Article proposé par

Dumont Benoît

Benoît Dumont est psychothérapeute, titulaire du Certificat Européen de Psychothérapie (CEP) délivré par l’Association Européenne de Psychothérapie (AEP), il est membre de l’Association Belge de Psychothérapie (ABP/BVP) et membre fondateur du collectif Alter-Psy.
Il est aussi le responsable éditorial de Mieux-Etre.org et de Champ-Psy.be
- 788, Chaussée de Waterloo B-1180 Bruxelles
- benoit@parcours.com
- +32 2 372 23 26

Voir profil complet





Suivre Mieux-Etre
  • 35 visiteurs en ce moment

    Recherche par thèmes Articles Vidéos entretiens Livres, CD, DVD Recherche par noms
    Avertissement
    L'information diffusée sur Mieux-Etre.org est destinée à encourager, et non à remplacer, les relations existantes entre le visiteur du site et son médecin ou son thérapeute.
    Mieux-Etre.org
    © sprl Parcours
    Tous droits réservés
    Mentions légales