La petite histoire de Mieux-Etre

A propos du mieux-être et de la variété des approches

Par Benoît Dumont

Aussi étonnant que cela puisse paraitre, avant 1990 il n’existait pas de terme générique pour parler de l’ensemble des approches de psychothérapies, de développement personnel et de techniques complémentaires de santé. Le mot « mieux-être » pour évoquer cet univers a été utilisé pour la première fois comme titre du guide que nous éditions à l’époque : "le Guide du Mieux-Etre".

Ce guide, dans sa version papier, a été publié 13 années consécutives entre 1990 et 2003 et depuis 1996 sur Internet. Voilà pour la petite histoire de Mieux-Etre.org.

Contrairement aux termes de bonheur ou de bien-être, encore plus utilisés, et qui correspondent à un état hypothétique, difficile si pas impossible à maintenir, la notion de mieux-être indique une dynamique d’évolution vers plus de conscience de soi, plus de sérénité, plus de joie de vivre.

Ce processus peut se décliner en objectifs précis en fonction des difficultés que nous rencontrons et c’est le but poursuivi par les approches sérieuses : non pas promettre un bonheur inaltérable mais plutôt développer un sentiment, une conscience et une capacité de changement.

Le terme « mieux-être » est maintenant très largement utilisé. Comme s’il avait toujours existé, comme une évidence. Cependant, si beaucoup l’utilisent, le sens qui y est donné aujourd’hui a évolué et peut prêter à confusion.
Au moins sur deux plans.

1° Le « marché » du mieux-être a profondément évolué.
La pensée contemporaine considère souvent que le mieux-être dépend de notre capacité à être efficace et performant dans tous les domaines de notre vie. Il en résulte une forme d’obligation et de pression sociale qui imposent l’« optimisation de soi ».

Cette vision de l’humain le réduit à sa capacité à correspondre au modèle culturel ambiant. La multiplication des méthodes disponibles tend à faire penser que chacun est en mesure d’améliorer la qualité de sa vie s’il se prend en charge de manière responsable en utilisant les bonnes pratiques. Cette uniformisation des besoins et des difficultés risquent de mener à l’exact opposé du sens que nous donnons au concept de mieux-être tel que nous le définissions il y a trente ans : « le soin de soi ».

La notion de « soin de soi » considère que c’est par la prise en compte de nos besoins singuliers et spécifiques que l’épanouissement est possible. Ces besoins sont loin de se limiter à des questions de performances individuelles. De plus cet épanouissement est étroitement lié au « soin de l’autre ». C’est la qualité des relations avec soi-même, avec les autres et avec le monde qui nous permet de vivre pleinement notre vie de la manière la plus satisfaisante possible.

2° La variété des approches
Le mieux-être recouvre de très nombreuses disciplines qui, elles mêmes, s’attachent à un champ d’intervention particulier : les psychothérapies, le coaching, le développement personnel et les techniques de maintien ou de restauration d’une bonne santé.

Ces différents champs ne peuvent se substituer les uns aux autres.
Si chacun vise le « mieux-être » il concerne des aspects spécifiques de nos vies, des besoins et des demandes variées pour lesquelles il convient de faire preuve de discernement.

A première vue, pour qui découvre cet univers et, à vrai dire, pour bon nombre de personnes, toutes les approches proposées semblent tellement différentes et variées qu’il est difficile de les comprendre et de choisir celle qui nous conviendra. C’est parfois même un peu indigeste !

Néanmoins, si elles sont différentes dans leur méthodologie, leur angle de vue ou le champ auquel elles se rapportent, elles se rejoignent au moins sur quatre idées principales.

- Premièrement, la personne est considérée dans sa globalité et sa singularité. Cela signifie que la demande ou la difficulté sont replacées dans un contexte à la fois large et individualisé qui permet de mieux comprendre le sens du message et d’identifier le changement qui correspondra le mieux à l’écologie interne de la personne.

- Le second postulat consiste à faire confiance aux ressources naturelles et personnelles de chacun. C’est un présupposé commun aux approches de mieux-être, une position philosophique et politique plus qu’une réalité scientifique. L’inconscient et/ou le corps sont considérés comme des alliés positifs qui disposent des ressources utiles à notre évolution et notre épanouissement. C’est en étant à l’écoute de ces ressources et dans la manière dont nous y portons attention que réside une bonne part de la résolution des difficultés. Le travail d’accompagnement consiste à découvrir ces ressources et à les stimuler.

- Ensuite, ces pratiques invitent à se responsabiliser et à se prendre en charge soi-même de façon plus lucide et plus active. Ces approches nous conduisent à prendre conscience de nos comportements et des relations que nous entretenons avec nous-même et le monde ainsi que leur influence sur notre vie et notre santé. Elles nous guident vers une meilleure sensibilité, à devenir acteur et non spectateur.

La capacité du client/patient à prendre de la distance, à porter un regard sur lui-même et à se dissocier de sa difficulté est un point essentiel de l’efficacité de l’accompagnement. L’évaluation de cette capacité doit permettre au thérapeute/praticien de déterminer s’il peut ou non apporter son aide.

- Enfin, les pratiques se veulent complémentaires. Aucune technique, aucun professionnel ne pourra répondre à tous nos besoins. Ces derniers sont d’ordre médical, relationnel, psychologique, spirituel, environnemental et c’est précisément là la richesse des nombreuses techniques proposées. Elles tentent de répondre de manière complémentaire à nos questions légitimes de mieux-être. Non pas en découpant nos vies mais en abordant différents aspects de celles-ci.

- Benoît Dumont, psychothérapeute, responsable éditorial de Mieux-Etre.org

Cet article été publié une première fois en 2003. Il est, jusqu’aujourd’hui, régulièrement actualisé.



Publié le 13 janvier 2019 - Auteur : Dumont Benoît
Cet article vous a intéressé ? Restez informé des nouveautés en vous abonnant à notre newsletter.

Autre(s) article(s) proposé(s) par Dumont Benoît
Loi sur la psychothérapie : fin de l’histoire ?
La Cour Constitutionnelle vient de donner raison à la ministre de la santé en rejetant l’ensemble des recours contre sa loi sur la psychothérapie. (...)

Champ-Psy - (im)pertinent et constructif
Le sort de la psychothérapie sera t-il scellé dans les prochaines semaines ? Personne ne peut à l’heure actuelle se prononcer mais il est essentiel (...)

Loi « contre la psychothérapie » résumé des actions juridiques
L’opposition à la loi votée en juin 2016 ne faiblit pas. Voici le résumé des sept actions juridiques menées contre les mesures qui menacent la (...)

Les psychothérapeutes baissent-ils la garde ?
La loi contre la psychothérapie votée en juin 2016 a été suspendue en décembre. C’est sans nul doute grâce à la mobilisation de plusieurs associations (...)

Alter-Psy, un collectif citoyen pour une psychothérapie plurielle de qualité.
La mutation implacable de la société actuelle vers la mondialisation engendre des angoisses légitimes et complexes qui poussent certains à (...)

Les psychothérapeutes adressent un mémorandum au Gouvernement.
Le 7 février 50 responsables d’institutions ou d’enseignement des principales orientations psychothérapeutiques reconnues ont adressé au Gouvernement (...)

La Ministre Maggie De Block impose sa vision de la psychothérapie.
La Ministre de la Santé Maggie De Block vient de publier ce 5 février un communiqué de presse qui en dit plus sur ses (...)

Les psychothérapeutes se mobilisent contre la modification de la loi de 2014 sur la Psychothérapie !
Une loi bien faite risque de voler en éclats ! Le précédent gouvernement a voté une loi sur la défense du titre et de l’exercice de la psychothérapie. (...)

Mieux-être : des métiers et des outils.
La 3e édition du Bistrot Mieux-Etre accueillait une fois encore plus de 70 professionnels d’écoles, de courants et de disciplines différentes réunis (...)

A propos de la loi sur la psychothérapie
La loi concernant la psychothérapie en Belgique a été votée à la Chambre le 30 janvier 2014. Elle encadre l’usage du titre de psychothérapeute et (...)

Carl Rogers avait raison !
Ce n’est pas la technique, ce n’est pas le thérapeute, ce n’est pas le niveau de formation, ce n’est pas la nouvelle drogue miracle, ce n’est pas le (...)

"165 millions d’Européens affectés par des troubles mentaux"
J’ai lu deux articles passionnants cette semaine. Le premier concerne cette étude récente selon laquelle près de 40% des européens souffriraient (...)

Les faux prophètes et les charlatans
Contrairement à ce qu’on pourrait penser, ce ne sont pas seulement les personnalités faibles ou immatures qui peuvent tomber sous influence car tout (...)

A propos des psychothérapies
Si, jusque dans les années soixante, l’offre était dominée par la psychanalyse, elle s’est atomisée en une myriade d’approches correspondant à des (...)

A propos du développement personnel
Quelle est la ligne de démarcation entre psychothérapies et développement personnel ? Que peut-on attendre, et ne pas attendre de démarches qui (...)

Proposé par

Dumont Benoît

Benoît Dumont est psychothérapeute, titulaire du Certificat Européen de Psychothérapie (CEP) délivré par l’Association Européenne de Psychothérapie (AEP), il est membre de l’Association Belge de Psychothérapie (ABP/BVP) et membre fondateur du collectif Alter-Psy.
Il est aussi le responsable éditorial de Mieux-Etre.org et de Champ-Psy.be
- 788, Chaussée de Waterloo B-1180 Bruxelles
- benoit@parcours.com
- +32 2 372 23 26

Voir profil complet





Suivre Mieux-Etre
  • 26 visiteurs en ce moment

    Recherche par thèmes Articles Vidéos entretiens Livres, CD, DVD Recherche par noms
    Avertissement
    L'information diffusée sur Mieux-Etre.org est destinée à encourager, et non à remplacer, les relations existantes entre le visiteur du site et son médecin ou son thérapeute.
    Mieux-Etre.org
    © sprl Parcours
    Tous droits réservés
    Mentions légales