Question de confiance

Par Paul-Henri Pion

Parfois, on entend dire à propos d’une personne affirmée, c’est un mâle dominant ou une femelle dominante. Je vous en propose une autre lecture, basée sur la confiance et l’observation de ce qui se passe dans le cabinet du psychothérapeute.

Mais tout d’abord faisons un détour par l’une des caractéristiques du vivant.

L’observation d’un être vivant, du plus petit soit-il au plus gros soit-il, montre qu’il passe son temps à se dilater et se contracter. En effet, il traverse successivement des phases de forte activité suivies de phases de moindre activité. Les phases de forte activité sont caractérisées par une surface de contact importante avec le monde extérieur, une forte consommation d’énergie et d’importants échanges d’information.
Les phases de faible activité sont caractérisées pour leur part par une faible surface de contact avec l’extérieur, une faible consommation d’énergie et de faibles échanges avec l’extérieur. Par comparaison, elles peuvent s’assimiler respectivement à un été et un hiver ou à un jour et une nuit. Une forte activité, suivie d’une phase de repos et d’intégration des informations échangées.

Or tout être vivant a la préoccupation de rester vivant. D’une part il lui faut veiller à ce que l’organisme qu’il habite reste intègre : c’est la peur de mourir. D’autre part il lui faut veiller à rester en relation avec le monde extérieur sans lequel il ne peut se définir : c’est la peur d’abandon. Se reposer comporte donc le double risque de ne pas se réveiller ou de se réveiller seul. La phase de repos et d’intégration de l’information revêt donc un caractère éminemment dangereux : un prédateur peut passer par là ou la colonie peut se déplacer en « oubliant » celui qui se repose.

Tout être vivant va donc nécessairement chercher à s’intégrer à une colonie susceptible de lui permettre de dormir sur ses deux oreilles, besoin vital s’il en est. Bien dormir, c’est avoir reconstitué sa capacité à participer à la vie ambiante, quelle qu’elle soit. Tout être vivant, dès ses premiers instants de vie va tester son environnement direct pour savoir s’il peut s’abandonner au repos. Pour être sûr de pouvoir s’endormir en sécurité, il lui faut être sûr que ceux qui l’entourent sont capables de repérer les agressions potentielles voire de les éloigner pendant son sommeil. Or une seule façon de savoir cela a été mis à la disposition du vivant : s’assurer que l’autre est au moins aussi fort que lui que ce soit individuellement ou collectivement selon la situation. S’il l’est, alors il est possible de s’adonner au repos réparateur. S’il ne l’est pas, alors il faut veiller.

Donc que va faire le vivant ?
Le vivant va passer sont temps à tester la résistance de son entourage immédiat, qu’il s’agisse d’estimer la solidité de la branche sur laquelle s’installer ou la capacité de réaction d’un membre de sa colonie d’appartenance. Le vivant pousse ses congénères dans leurs limites. Ils prouvent qu’ils ont une longueur d’avance sur lui et il sera possible de leur faire confiance et de trouver le repos réparateur recherché. Ils ne s’avèrent pas à la hauteur, et il ne sera pas possible d’être en confiance avec eux. Si le vieux singe montre qu’il a une grimace d’avance, si le vieux con montre qu’il a été petit con avant le petit con qui le défie, si l’autre a un tour de plus dans son sac, il devient respectable et il peut être sommeillé sous sa protection.

Regardez autour de vous et revenez sur votre expérience de vie.
Vous constaterez alors que vous avez vécu un certain nombre d’années dans une configuration amicale qui reposait sur la confiance. Vous constaterez de même, que l’expérience venant, cette configuration amicale a été abandonnée au profit d’une nouvelle configuration amicale correspondant à votre besoin du moment. Vous êtes devenu suffisamment robuste avec l’âge et la configuration ancienne s’est avérée moins solide et nourrissante. Après une traversée plus ou moins longue caractérisée par une faible surface sociale de confiance, une nouvelle configuration amicale a émergée, fondée sur les besoins de cette nouvelle période de l’existence. Et ainsi de suite.

De même quand on se penche sur le comportement des enfants il est possible d’observer que dans les familles où l’enfant constate clairement que ses parents ont une longueur d’avance sur lui, l’enfant se développe plus sereinement que dans celles où l’enfant arrive à mettre en défaut ses géniteurs ou ceux qui en occupent la place. Mieux encore, dans le premier cas, l’enfant est socialement plus facile à vivre que dans le second cas où il passe son temps à tester les limites.

Pouvoir avoir confiance dans la capacité d’être protégé en cas d’agression extérieure est un besoin viscéral qui dépasse largement le cadre d’une société hyper-protégée. L’enfant qui sait au plus profond de son moi-primate qu’il peut compter sur l’autre a confiance et se comporte respectueusement. S’il sent la faiblesse, il s’engouffre dans la brèche comme s’il demandait en permanence à l’autre d’être plus solide ou au moins aussi solide que lui. Qui irait s’appuyer avec confiance sur un mur qui lui paraît devoir s’effondrer à la moindre pression ?

À défaut de rencontrer plus robuste que lui, il devient chef de bande.
S’il ne peut compter sur autrui, il lui faut compter sur lui-même. Cependant, il ne peut avoir confiance en lui. Il ne peut que constater que les autres s’organisent en fonction de son bon vouloir. Le mâle dominant, ou la femelle dominante, apparaissent alors sur les décombres de la confiance partagée.

Il est à noter que rarement individu dominant et individu charismatique sont confondus. Et pour cause : l’un rallie par la terreur, l’autre par la confiance.

Économiste de formation, formé à la lecture et à l’anticipation des évolutions de la conjoncture, Paul-Henri Pion a passé 16 années dans des postes à responsabilité en entreprise. Depuis 2000, il se consacre à la lecture et à l’anticipation des interactions humaines. Il exerce aujourd’hui les thérapies brèves et le coaching stratégique. Sa pratique s’inscrit dans la lignée des travaux du Mental Research Institute de Palo Alto (Californie) et de son Centre de thérapie brève.
- http://mieux-etre.org/Paul-Henri-Pion.html

Paul-Henri Pion est aussi l’auteur de "50 exercices pour lâcher prise".
D’un accès facile et ludique, cet ouvrage destiné au grand public recèle l’essence des orientations stratégiques et systémiques. Les thérapeutes en formation y trouveront des « tâches » à partir desquelles ils pourront se familiariser avec le modèle d’intervention.
Les consultants y trouveront des clés pour gérer leur communication. Les formateurs auront là des exemples d’application faciles d’accès pour illustrer leur propos.
(Voir la présentation du livre).



Publié le 20 février 2011 - Auteur : Pion Paul-Henri
Cet article vous a intéressé ? Restez informé des nouveautés en vous abonnant à notre newsletter.

Autre(s) article(s) proposé(s) par Pion Paul-Henri
Paul-Henri Pion - Thérapie brève
« C’est en lâchant prise que vient la maîtrise ». Paul-Henri Pion s’intéresse aux conditions de la performance et du bien-être humains. Sa pratique (...)

Faire voler en éclats le plafond de verre
Ou, comment déjouer les effets pervers de la régression. Jean m’est adressé par une consœur. Il a un solide parcours en développement personnel à (...)

Lâcher-prise ou vivre avec son stress ?
L’été se termine. Les mouches se font discrètes. Il faudra attendre l’année prochaine pour s’émerveiller devant l’obstination de ces insectes à vouloir (...)

Un emplâtre sur une jambe de bois...
Bien souvent le praticien reste perplexe quant au résultat atteint par ses accompagnements. Son client va mieux ; il s’est libéré des problèmes (...)

Bonne route pour 2015 !
Et si pour cette année nous apprenions à respecter notre nature plutôt qu’à la forcer ? Voici quelques propositions directement issues du mode (...)

Lâcher prise
"Ne renonce jamais, lâche prise, et la voie s’éclaire", telle est la proposition de ce livre. Car nous avons du mal à vivre le moment présent, (...)

10 clés pour bien vivre 2014
2014 n’aura que 365 jours, c’est à dire 365 opportunités de construire son propre enfer ou 365 occasions de construire son bonheur et celui d’autrui. (...)

La prescription du symptôme par Paul-Henri Pion
Derrière la prescription de symptôme comme derrière toutes les approches dites paradoxales se cache l’accueil inconditionnel de l’autre et donc la (...)

2013 année de la Prescription de Symptôme ?
Demander à quelqu’un de faire ce qu’il cherche à ne pas faire peut paraître bizarre. Pourtant, quand ce qu’il ne veut pas faire le dérange, c’est là (...)

L’empathie - Par Paul-Henri Pion
Penser avec empathie, interagir avec empathie est synonyme de tenir compte de l’émotion de l’autre que notre organisme encode. Être empathique (...)

Le lâcher prise : un renoncement ou un moyen de se dépasser ?
L’expression lâcher prise renvoie l’image de quelqu’un qui s’agrippe désespérément et finit par renoncer à sa proie ou à sa prise. Elle porte en elle (...)

La nature et la logique : histoire d’une expérience
Parfois, "et" paraît violent pour un esprit logique éduqué à l’école d’Aristote. Utiliser "et" à la place de "mais" "fait mal aux oreilles". (...)

Pour des standards professionnels - Partie 2
Dans la première partie publiée dans ces colonnes le 25 mars dernier, je livrais quelques invariants et en tirais des implications sur la façon de (...)

Pour des standards professionnels - Partie 1
À l’heure où le film "Le Mur" défraye la chronique de nos professions, chacun est passible de s’inquiéter de voir sa pratique dénigrée, tant au niveau (...)

La relation d’aide, une expérience ?
“Le fait de refaire l’expérience de l’ancien conflit laissé en suspens, mais avec un dénouement nouveau, c’est là le secret de tout résultat (...)

Quatre secrets pour vivre heureux avec soi, les autres, le monde
Vous voulez vous sentir acteur de votre vie, contrôler sans vouloir tout maîtriser, sentir quand vos qualités peuvent devenir des défauts, faire (...)

Rester sain d’esprit : pensez-y !
Se sentir acteur de sa vie est un ingrédient majeur de la santé mentale. Une vie sain d’esprit et heureux repose essentiellement sur notre capacité (...)

Arrêtons de vouloir changer !
Quand Arlette s’est présentée effondrée en demandant mon aide, sa situation lui paraissait désespérée. L’ambiance familiale était devenue telle qu’il (...)

Il ou elle va mourir, comment m’y préparer ?
La maladie, l’âge, les blessures ou les conditions météorologiques vont avoir raison de son organisme et vous allez perdre un proche. Que vous le (...)

Quand la raison nous piège
« Mais il me semble qu’il n’a pas du tout d’habit » observa un petit enfant. Et bientôt, on chuchota dans la foule « l’empereur n’a pas d’habit du tout (...)

Manuel du Lâcher Prise
Dans le Manuel du Lâcher Prise, Paul-Henri Pion traite la question de sortir des ornières relationnelles avec soi, les autres ou le monde. Il y est (...)

Parents, c’est la rentrée !
« Sois plus ferme avec moi » ou « tu n’es pas assez dure avec moi », sont des cris d’appel au secours que j’entends en général autour de Pâques quand (...)

Devoir de mémoire
Dans une très belle conférence intitulée « la dimension d’aimer », le psychanalyste jungien Elie G. Humbert, s’exprimait ainsi : « ...il y a un type (...)

Journal intime ou journal intime ?
« Chaque jour, dans un grand cahier, à un moment que vous avez choisi, vous écrirez la date et le lieu, puis une fois la date et le lieu inscrits, (...)

50 exercices pour lâcher prise
Articulé en quatre parties, ce manuel regroupe 50 exercices construits rigoureusement dans la logique de l’arrêt des tentatives de solutions (...)

Arnaque au mieux-être
Mieux-être passe par exercer son intelligence avec bon sens et sortir de l’aveuglement pour voir les évidences. « J’ai tout essayé, je ne vois plus (...)

Bonnes résolutions...
Le passage de l’année est propice aux bonnes résolutions. Seulement voilà, avec le temps, ces résolutions prennent l’allure de trop bonnes résolutions (...)

Aventure d’automne
Alice vient de se poser. Jeune femme trépidante de la ville, Alice est au fait des dernières nouveautés tendances. Pas une vente privée ne lui (...)

Les émotions de l’été : Saynètes et décryptage
Voici avec l’été, le relâchement tant attendu pour récupérer de la fatigue de l’année. Mais voilà, qui dit relâchement, dit retour au galop de la nature. (...)

Le plaisir est dans le pré ...
Après avoir fait un long détour au fin fond de son trouble, le client revient à la vie ambiante et doit en réapprendre les usages et les saveurs. Le (...)

Je t’aime, un peu, beaucoup, énormément …
La vie à deux est une aventure pleine de satisfactions et de désillusions douloureuses. Partager son espace, ses envies ou ses humeurs est un (...)

C’est le jour des morts ...
Selon la tradition chrétienne, les premiers et deux novembre sont devenus des jours privilégiés pour se rappeler aux morts et se rappeler d’eux. (...)

C’est la rentrée !
Les vacances sont passées. Au détour d’une rue, d’une lumière ou d’un visage, l’esprit s’évade et retourne en vacances. Les vacances... c’est souvent le (...)

Harcèlement, stress, ou peur ? Un exemple pour comprendre
Le stress et le harcèlement moral sont deux fléaux que l’organisation moderne du travail favorise. L’article suivant appartient à une série (...)

Harcèlement moral au travail : un exemple pour comprendre
Le stress et le harcèlement moral au travail sont deux fléaux que l’organisation moderne du travail favorise. L’article suivant appartient à une (...)

Stress au travail : un exemple pour comprendre
Le stress et le harcèlement moral au travail sont deux fléaux que l’organisation moderne du travail favorise tant et si bien que le législateur s’en (...)

Vers une approche psychanalytique de la Thérapie Brève
Les approches analytiques semblent parfois considérer avec dédain les apports de la thérapie brève. Certain praticiens en thérapie brève considèrent (...)

Dans ce que je lui dis ... qu’est-ce qui l’intéresse ?
Le client passe la porte du cabinet du thérapeute avec la demande minimale « que « ça » s’arrête » voire « que « ça » aille mieux ». Il confère au (...)

Peut-on déjouer le piège de la souffrance mentale ?
La demande de thérapie naît d’une souffrance ou d’un dysfonctionnement qui s’installent de telle sorte qu’ils deviennent envahissants, jusqu’à devenir (...)

Position du thérapeute et dynamique en Thérapie Brève (1)
Que ce soit par soucis du secret professionnel ou par l’utilisation d’une langue obscure, ce que le thérapeute fait en séance reste difficile (...)

Le fil conducteur du thérapeute en Thérapie Brève
En thérapie brève, le thérapeute considère le client comme une personne normale qui, en cherchant la meilleure adaptation possible à un instant donné (...)

Pourquoi et comment fonctionne la thérapie brève ?
Même après 40 ans d’existence, la thérapie brève, souvent appelée aussi thérapie stratégique pour la distinguer des thérapies courtes développées depuis (...)

Proposé par

Pion Paul-Henri

« C’est en lâchant prise que vient la maîtrise ». Paul-Henri Pion s’intéresse aux conditions de la performance et du bien-être humains. Sa pratique s’inscrit dans la lignée des travaux du Mental Research Institut dont il a suivi les enseignements. Économiste de formation, certifié en PNL et hypnose éricksonnienne, diplômé en psychologie, il met son expérience au service de votre bien-être.

- Tél. 06 03 10 66 90 - 01 43 34 12 39
- Courriel : phpion.tb@gmail.com
- France - Courbevoie
- Site : http://pion.tb.free.fr/

Voir profil complet





Suivre Mieux-Etre
  • 32 visiteurs en ce moment

    Recherche par thèmes Articles Vidéos entretiens Livres, CD, DVD Recherche par noms
    Avertissement
    L'information diffusée sur Mieux-Etre.org est destinée à encourager, et non à remplacer, les relations existantes entre le visiteur du site et son médecin ou son thérapeute.
    Mieux-Etre.org
    © sprl Parcours
    Tous droits réservés
    Mentions légales