Pour des standards professionnels - Partie 2

Par Paul-Henri Pion, psychopraticien.

L’agitation autour du film "Le Mur" en début d’année a rappelé que chacun est susceptible de voir sa pratique dénigrée, tant au niveau de ses fondements qu’au niveau de la façon dont il l’exerce.

Il me semble alors important de pouvoir se raccrocher à des invariants incontestables et opposables aux critiques. Dans la première partie publiée dans ces colonnes le 25 mars dernier( ++), je livrais quelques uns de ces invariants et en tirais des implications sur la façon de débloquer l’énergie coincée dans les douleurs passées ou les peurs futures. Dans le présent article, je reprends certains de ces invariants et les enrichis d’autres qualités de notre organisme mobilisables pour favoriser le retour à une vie normale du patient une fois l’énergie débloquée.

Ces invariants du vivant sont :

- le mouvement : tout être vivant est en mouvement et ne peut pas ne rien faire ; un être vivant porte en lui la préoccupation constante de pouvoir rester en mouvement : c’est la peur de mourir.

- la relation : tout être vivant est en relation avec d’autres êtres vivants et des choses inertes à son échelle. Chacun n’est qu’un nœud au sein d’un maillage. La disparition du maillage entraîne la disparition du nœud. Ceci a une double conséquence. D’une part tout mouvement est message. D’autre part tout être vivant porte en lui la préoccupation constante de pouvoir rester en relation avec le maillage auquel il participe : c’est la peur d’abandon.

- les différences : le système nerveux est conçu pour repérer des différences.

- l’atrophie : un organisme ou une fonction organique non sollicité s’atrophie.

- la dissonance cognitive : des informations incompatibles entre elles conduisent à une restructuration des croyances, des attitudes et des connaissances par des processus inconscients. Présentées simultanément, ces informations incompatibles entre elles du point de vue du sujet créent un paradoxe et entraînent un changement de niveau de cognition chez le sujet.

- l’amour, en tant que principe de vie qui nous anime.

Comment se servir de tout cela ?

Les demandes d’accompagnement sont caractérisées par une difficulté adaptative, c’est à dire par la mise en œuvre d’une configuration de mouvements qui fait souffrir et est maintenue dans le temps. Le sujet est psycho-rigide, il est mono-mode dans certains contextes. Une fois sorti de cet enfermement comme décrit dans la première partie, le sujet présente parfois une certaine hébétude, comme si le fait d’être affranchi de son problème constituait un nouveau problème. Son organisme ne reprend pas spontanément la voie de l’imagination de nouveaux mouvements.

Dès lors que la capacité du système nerveux à repérer les différences s’émousse faute d’usage, il est observé une limitation de la gamme des mouvements réponses du sujet. En effet, la variété des configurations sensorielles cartographiées s’appauvrissant, la variété des configurations de mouvements synthétisés en réponse s’appauvrit. C’est ce qui a été observé chez le sujet en souffrance. Une façon d’inverser cette évolution est de trouver un moyen de stimuler le repérage de différences. Or, la vie n’est que mouvement. La solution serait donc à minima dans une action destinée à ré-exercer le repérage des différences.

Demander une petite violation répétée des habitudes suffit comme assouplissement à cette fin. L’œil se ré-exerce à discriminer. Une petite différence introduite au quotidien, comme de laver le porte-savon toujours sale que l’on aurait lavé que bien plus tard ou de changer l’ordre dans lequel on s’habille, a l’effet de remobiliser l’attention. La créativité est stimulée. La faculté d’adaptation s’élargit. La curiosité revient.

Cependant, ceci ne suffit pas. Le sujet doit pouvoir aussi entretenir des relations satisfaisantes avec son prochain. Le vivant n’est qu’un balet incessant entre la capacité de donner et la capacité de recevoir. En outre, la dynamique de vie est caractérisée par l’amour. L’orientation donné au mouvement serait stérile si elle ne nourrissait l’amour en général et l’amour de soi en particulier. Ceci peut être obtenu aisément en demandant au sujet de trouver une occasion par jour de faire un compliment à un être vivant quel qu’il soit. La curiosité du cerveau déjà stimulé par la tâche précédente, se tourne ainsi vers la relation au vivant. C’est quelque part lui demander de s’émerveiller devant la vie. Après s’être ré-éduqué à regarder, à observer, il se ré-éduque à aimer le règne du vivant et ainsi insensiblement son prochain... puis lui-même.

Enfin, la gamme de solutions adaptatives est d’autant plus grande que le système cognitif en favorise l’expression. Un corpus de croyances facilitateur peut être favorisé à cette fin. La dissonance cognitive avec sa particularité de restructurer croyances et attitudes et d’élargir le champ des connaissances en est le levier. Si l’on arrive à créer des dissonances cognitives chez le sujet, alors on a la garantie qu’il évoluera dans une dynamique en permanence enrichie. Il s’agit de le mettre en situation de soumettre à son système cognitif des cognitions incompatibles entre elles. L’emploi généralisé de la conjonction de coordination "et" répond à cette attente. En y recourant en particulier quand "mais" aurait été utilisé, il est créé des opportunités de contradictions apparentes et de paradoxes insolubles sinon en changeant de niveau de cognition. Celui qui pratique ainsi se rend compte aussi que ce qui logiquement semblait s’opposer co-existe en fait. Il s’agit simplement, sans jamais s’opposer à l’occurrence de "mais" de re-dire mentalement ou verbalement avec "et" à la place de "mais", ce qui vient d’être exposé.

En quoi cela répond-il aux dénigrements potentiels de nos pratiques professionnelles ?

Dans ces trois étapes de la remise en mouvement guidée du sujet, à aucun moment il n’a été tenté de l’influencer en terme de contenu de sa pensée.
Les interventions se sont focalisées sur la stimulation de ressources existantes de son organisme. Il est resté libre de ses croyances et de ses valeurs ainsi que de son histoire. Le mouvement, l’attention portée à son prochain et l’élargissement du champ de croyances ont été obtenus par ses seules actions devenues possibles du fait du déblocage antérieur (voir 1ère partie) et sans savoir quelles actions il allait mettre en œuvre. Il a été seulement veillé à ce qu’elles s’insèrent dans la dynamique observable chez tous les êtres humains.

L’honnêteté professionnelle passe par la conscience de cela.
Chacun doit pouvoir exprimer comment, au-delà de la mise en scène de sa pratique, il actionne des leviers communs à l’espèce et repérés comme tels.

Quel que soit son référentiel théorique, chaque praticien doit savoir dépouiller son exercice professionnel et montrer quels invariants du vivant il tente de stimuler. Savoir exprimer cela devient une nécessité pour trier parmi les mises en scènes possibles de notre métier celles qui ont des chances de fonctionner de celles qui reviennent à fidéliser le client avec les risques que cela comporte.

Appendice

Le soin apporté à son prochain serait incomplet si nous nous arrêtions à ce stade. Lui mettre entre les mains la capacité de rester acteur de sa vie doit compléter le déblocage et la remise en mouvement. Cependant, cette troisième phase, dont j’ai abordé l’existence et le fonctionnement dans l’article "rester sain d’esprit" publié le 13 novembre 2011 dans ces colonnes (++), reposant essentiellement sur le cognitif restera à l’écart du propos sur les standards professionnels qui me semblent devoir s’appuyer sur des dynamiques archaïques de survie de l’espèce et non sur des raisonnements beaucoup plus récents et plus criticables quant à leur capacité à stabiliser l’espèce dans la voie du bonheur.

Sur ce dernier point, il est à noter que la dissonance cognitive est utilisée en développement spirituel. Face à un paradoxe, la pensée ne peut rien, seul un saut cognitif inconscient permet d’en sortir. C’est là un des ingrédients du chemin de l’éveil : de paradoxe en paradoxe, la révélation d’une vérité dépassant le raisonnement s’impose à nous. Les étapes proposées dans ces deux articles ont ainsi leur pendant dans les spiritualités et sagesses. En termes religieux, la première partie correspond à la rencontre de Satan ou la rencontre de ses démons ; la seconde partie correspond à l’entrée en Amour. En termes laïcs, la première partie est le courage d’aller à la rencontre de soi et la seconde le plaisir de la rencontre de l’autre. La première partie est aussi celle de l’ici et maintenant : ce que le système nerveux encode et rien que cela.

Économiste de formation, formé à la lecture et à l’anticipation des évolutions de la conjoncture, Paul-Henri Pion a passé 16 années dans des postes à responsabilité en entreprise. Depuis 2000, il se consacre à la lecture et à l’anticipation des interactions humaines. Il exerce aujourd’hui les thérapies brèves et le coaching stratégique. Sa pratique s’inscrit dans la lignée des travaux du Mental Research Institute de Palo Alto (Californie) et de son Centre de thérapie brève. .
- http://mieux-etre.org/Paul-Henri-Pion.html


Publié le 15 avril 2012 - Auteur : Pion Paul-Henri
Cet article vous a intéressé ? Restez informé des nouveautés en vous abonnant à notre newsletter.

Autre(s) article(s) proposé(s) par Pion Paul-Henri
Paul-Henri Pion - Thérapie brève
« C’est en lâchant prise que vient la maîtrise ». Paul-Henri Pion s’intéresse aux conditions de la performance et du bien-être humains. Sa pratique (...)

Faire voler en éclats le plafond de verre
Ou, comment déjouer les effets pervers de la régression. Jean m’est adressé par une consœur. Il a un solide parcours en développement personnel à (...)

Lâcher-prise ou vivre avec son stress ?
L’été se termine. Les mouches se font discrètes. Il faudra attendre l’année prochaine pour s’émerveiller devant l’obstination de ces insectes à vouloir (...)

Un emplâtre sur une jambe de bois...
Bien souvent le praticien reste perplexe quant au résultat atteint par ses accompagnements. Son client va mieux ; il s’est libéré des problèmes (...)

Bonne route pour 2015 !
Et si pour cette année nous apprenions à respecter notre nature plutôt qu’à la forcer ? Voici quelques propositions directement issues du mode (...)

Lâcher prise
"Ne renonce jamais, lâche prise, et la voie s’éclaire", telle est la proposition de ce livre. Car nous avons du mal à vivre le moment présent, (...)

10 clés pour bien vivre 2014
2014 n’aura que 365 jours, c’est à dire 365 opportunités de construire son propre enfer ou 365 occasions de construire son bonheur et celui d’autrui. (...)

La prescription du symptôme par Paul-Henri Pion
Derrière la prescription de symptôme comme derrière toutes les approches dites paradoxales se cache l’accueil inconditionnel de l’autre et donc la (...)

2013 année de la Prescription de Symptôme ?
Demander à quelqu’un de faire ce qu’il cherche à ne pas faire peut paraître bizarre. Pourtant, quand ce qu’il ne veut pas faire le dérange, c’est là (...)

L’empathie - Par Paul-Henri Pion
Penser avec empathie, interagir avec empathie est synonyme de tenir compte de l’émotion de l’autre que notre organisme encode. Être empathique (...)

Le lâcher prise : un renoncement ou un moyen de se dépasser ?
L’expression lâcher prise renvoie l’image de quelqu’un qui s’agrippe désespérément et finit par renoncer à sa proie ou à sa prise. Elle porte en elle (...)

La nature et la logique : histoire d’une expérience
Parfois, "et" paraît violent pour un esprit logique éduqué à l’école d’Aristote. Utiliser "et" à la place de "mais" "fait mal aux oreilles". (...)

Pour des standards professionnels - Partie 1
À l’heure où le film "Le Mur" défraye la chronique de nos professions, chacun est passible de s’inquiéter de voir sa pratique dénigrée, tant au niveau (...)

La relation d’aide, une expérience ?
“Le fait de refaire l’expérience de l’ancien conflit laissé en suspens, mais avec un dénouement nouveau, c’est là le secret de tout résultat (...)

Quatre secrets pour vivre heureux avec soi, les autres, le monde
Vous voulez vous sentir acteur de votre vie, contrôler sans vouloir tout maîtriser, sentir quand vos qualités peuvent devenir des défauts, faire (...)

Rester sain d’esprit : pensez-y !
Se sentir acteur de sa vie est un ingrédient majeur de la santé mentale. Une vie sain d’esprit et heureux repose essentiellement sur notre capacité (...)

Arrêtons de vouloir changer !
Quand Arlette s’est présentée effondrée en demandant mon aide, sa situation lui paraissait désespérée. L’ambiance familiale était devenue telle qu’il (...)

Il ou elle va mourir, comment m’y préparer ?
La maladie, l’âge, les blessures ou les conditions météorologiques vont avoir raison de son organisme et vous allez perdre un proche. Que vous le (...)

Quand la raison nous piège
« Mais il me semble qu’il n’a pas du tout d’habit » observa un petit enfant. Et bientôt, on chuchota dans la foule « l’empereur n’a pas d’habit du tout (...)

Manuel du Lâcher Prise
Dans le Manuel du Lâcher Prise, Paul-Henri Pion traite la question de sortir des ornières relationnelles avec soi, les autres ou le monde. Il y est (...)

Question de confiance
Parfois, on entend dire à propos d’une personne affirmée, c’est un mâle dominant ou une femelle dominante. Je vous en propose une autre lecture, basée (...)

Parents, c’est la rentrée !
« Sois plus ferme avec moi » ou « tu n’es pas assez dure avec moi », sont des cris d’appel au secours que j’entends en général autour de Pâques quand (...)

Devoir de mémoire
Dans une très belle conférence intitulée « la dimension d’aimer », le psychanalyste jungien Elie G. Humbert, s’exprimait ainsi : « ...il y a un type (...)

Journal intime ou journal intime ?
« Chaque jour, dans un grand cahier, à un moment que vous avez choisi, vous écrirez la date et le lieu, puis une fois la date et le lieu inscrits, (...)

50 exercices pour lâcher prise
Articulé en quatre parties, ce manuel regroupe 50 exercices construits rigoureusement dans la logique de l’arrêt des tentatives de solutions (...)

Arnaque au mieux-être
Mieux-être passe par exercer son intelligence avec bon sens et sortir de l’aveuglement pour voir les évidences. « J’ai tout essayé, je ne vois plus (...)

Bonnes résolutions...
Le passage de l’année est propice aux bonnes résolutions. Seulement voilà, avec le temps, ces résolutions prennent l’allure de trop bonnes résolutions (...)

Aventure d’automne
Alice vient de se poser. Jeune femme trépidante de la ville, Alice est au fait des dernières nouveautés tendances. Pas une vente privée ne lui (...)

Les émotions de l’été : Saynètes et décryptage
Voici avec l’été, le relâchement tant attendu pour récupérer de la fatigue de l’année. Mais voilà, qui dit relâchement, dit retour au galop de la nature. (...)

Le plaisir est dans le pré ...
Après avoir fait un long détour au fin fond de son trouble, le client revient à la vie ambiante et doit en réapprendre les usages et les saveurs. Le (...)

Je t’aime, un peu, beaucoup, énormément …
La vie à deux est une aventure pleine de satisfactions et de désillusions douloureuses. Partager son espace, ses envies ou ses humeurs est un (...)

C’est le jour des morts ...
Selon la tradition chrétienne, les premiers et deux novembre sont devenus des jours privilégiés pour se rappeler aux morts et se rappeler d’eux. (...)

C’est la rentrée !
Les vacances sont passées. Au détour d’une rue, d’une lumière ou d’un visage, l’esprit s’évade et retourne en vacances. Les vacances... c’est souvent le (...)

Harcèlement, stress, ou peur ? Un exemple pour comprendre
Le stress et le harcèlement moral sont deux fléaux que l’organisation moderne du travail favorise. L’article suivant appartient à une série (...)

Harcèlement moral au travail : un exemple pour comprendre
Le stress et le harcèlement moral au travail sont deux fléaux que l’organisation moderne du travail favorise. L’article suivant appartient à une (...)

Stress au travail : un exemple pour comprendre
Le stress et le harcèlement moral au travail sont deux fléaux que l’organisation moderne du travail favorise tant et si bien que le législateur s’en (...)

Vers une approche psychanalytique de la Thérapie Brève
Les approches analytiques semblent parfois considérer avec dédain les apports de la thérapie brève. Certain praticiens en thérapie brève considèrent (...)

Dans ce que je lui dis ... qu’est-ce qui l’intéresse ?
Le client passe la porte du cabinet du thérapeute avec la demande minimale « que « ça » s’arrête » voire « que « ça » aille mieux ». Il confère au (...)

Peut-on déjouer le piège de la souffrance mentale ?
La demande de thérapie naît d’une souffrance ou d’un dysfonctionnement qui s’installent de telle sorte qu’ils deviennent envahissants, jusqu’à devenir (...)

Position du thérapeute et dynamique en Thérapie Brève (1)
Que ce soit par soucis du secret professionnel ou par l’utilisation d’une langue obscure, ce que le thérapeute fait en séance reste difficile (...)

Le fil conducteur du thérapeute en Thérapie Brève
En thérapie brève, le thérapeute considère le client comme une personne normale qui, en cherchant la meilleure adaptation possible à un instant donné (...)

Pourquoi et comment fonctionne la thérapie brève ?
Même après 40 ans d’existence, la thérapie brève, souvent appelée aussi thérapie stratégique pour la distinguer des thérapies courtes développées depuis (...)

Proposé par

Pion Paul-Henri

« C’est en lâchant prise que vient la maîtrise ». Paul-Henri Pion s’intéresse aux conditions de la performance et du bien-être humains. Sa pratique s’inscrit dans la lignée des travaux du Mental Research Institut dont il a suivi les enseignements. Économiste de formation, certifié en PNL et hypnose éricksonnienne, diplômé en psychologie, il met son expérience au service de votre bien-être.

- Tél. 06 03 10 66 90 - 01 43 34 12 39
- Courriel : phpion.tb@gmail.com
- France - Courbevoie
- Site : http://pion.tb.free.fr/

Voir profil complet





Suivre Mieux-Etre
  • 29 visiteurs en ce moment

    Recherche par thèmes Articles Vidéos entretiens Livres, CD, DVD Recherche par noms
    Avertissement
    L'information diffusée sur Mieux-Etre.org est destinée à encourager, et non à remplacer, les relations existantes entre le visiteur du site et son médecin ou son thérapeute.
    Mieux-Etre.org
    © sprl Parcours
    Tous droits réservés
    Mentions légales