Quand la raison nous piège

Par Paul-Henri Pion

« Mais il me semble qu’il n’a pas du tout d’habit » observa un petit enfant. Et bientôt, on chuchota dans la foule « l’empereur n’a pas d’habit du tout ». Dans le conte « les habits neufs de l’empereur » Hans Christian Andersen nous rappelle que l’enfant voit avec les yeux de l’innocence et la candeur de celui qui a un accès direct aux informations transmises par ses sens. Il ose voir que le roi (l’empereur) est nu alors que tout le peuple, la cour et le roi lui-même se confondent en compliments sur les habits qu’ils croient que le roi porte alors qu’il n’en porte pas.

Que se passe-t-il donc entre l’enfant et l’adulte pour que l’un voit ce qui est et que l’autre croit voir ce qui n’est pas ? L’enfant, dans sa pureté, sent avec ses sens et se crée une représentation mentale sur la base de ce que ses sens lui communiquent ; puis il agit en fonction de cette représentation, en toute simplicité. Quand il va à l’école, il apprend à se méfier de ses sens, car en plus de ce qu’il peut percevoir directement, on lui demande de percevoir des choses qu’il ne peut rencontrer physiquement. On lui demande d’apprendre Vercingétorix ou qu’il existe des adjectifs qualificatifs épithètes du nom. On lui enseigne la distributivité de la multiplication par rapport à l’addition ou que les électrons circulent. Il lui faut croire. Il ne rencontrera jamais ni Vercingétorix ni un adjectif pas plus qu’une distributivité ou un électron. Il lui faut concevoir que ce que ses sens lui véhiculent est insuffisant. Il lui faut arriver à se créer une réalité au-delà de l’immédiatement sensible. Il commence alors à s’équiper de filtres divers pour relativiser ce qu’il perçoit naturellement.

Au fil du temps, il s’approprie, par les enseignements divers qu’il reçoit, un peu de l’expérience des autres pour compléter sa propre expérience. C’est ainsi qu’il finit par s’orienter plus par ce qu’il croit que par ce qu’il perçoit directement : la somme de ses savoirs dépasse largement la somme de ses expériences. Il finit adulte, par vivre en fonction de ce qu’il croit plutôt que sur la base de ce qu’il connaît. L’enfant voit, l’adulte croit. L’un a des yeux et voit, l’autre non.

Là est le piège : il est vite fait de tordre les faits pour les faire entrer dans ses croyances ; c’est la source de bien des difficultés. Plutôt que de faire selon ce qu’un enfant aurait vu, l’adulte cherche à faire entrer la nature qu’il perçoit dans ses « théories ». Voici deux exemples de pièges dans lesquels l’adulte tombe et s’enferre malgré lui.

« Ne pas faire »

Quand l’adulte pose que son enfant doit apprendre à respecter des limites, il peut choisir de l’éduquer à coup de « ne pas faire – ne pas être – ne pas penser ». Cependant, la simple observation des flux de pensées indique que l’organisme ne connaît pas la négation : essayez de ne pas penser à une jolie fille ou à un bel adonis dans leur plus simple appareil ; l’image de la jolie fille ou du bel adonis dans leur plus simple appareil a nécessairement été formée par votre cerveau en lisant cette instruction quand bien même il était demandé de ne pas le faire.

Ne pas vouloir penser à quelque chose conduit à en construire l’image mentale et donc à y penser. En conséquence de quoi le cerveau de son enfant crée l’image de ce qui est interdit, ce qui a pour effet de l’inciter à agir selon cette nouvelle image mentale. Chacun le sait, l’interdit attire. En conduisant à penser encore plus à ce à quoi il ne faut pas penser, penser à ne pas penser contribue à cette attirance. L’enfant confronté à tous ces « ne pas... » a donc tendance à faire tout ce que l’adulte ne veut pas qu’il fasse. L’adulte ne veut pas. L’enfant le fait. La guerre est ouverte. L’adulte sait d’expérience, car il a été enfant avant de devenir adulte, que « ne pas vouloir faire » conduit à faire. Il continue de l’expérimenter adulte quand par exemple il « ne veut pas faire comme ses parents » et constate qu’il se met à faire ce qu’il leur reprochait et ne voulait pas reproduire.

Curieusement, alors qu’il a une information concrète que vouloir ne pas faire conduit à faire et donc « ne marche pas », il s’obstine à mettre en œuvre ce qui « ne marche pas ». Il suit ce qu’il croit « devoir » faire et que sa culture véhicule alors qu’il en expérimente l’invalidité.

Pourtant, plutôt que d’essayer d’empêcher de faire, il pourrait adopter une attitude alternative qui réponde à son attente : par exemple, au moment des repas, au lieu d’insister sans effet pour que son enfant reste assis à table alors qu’il est à moitié debout et à moitié assis sur sa chaise, situation que bien des parents ont vécue, il peut tout simplement lui signifier qu’il a compris qu’il est important pour lui de manger debout et lui enlever la chaise ; il découvrira rapidement que son enfant demandera à manger assis sur une chaise, comme tout le monde ; l’adulte aura atteint son objectif... sans conflit. C’est certainement ce qu’aurait fait son arrière grand-père paysan : il se serait servi des enseignements que l’observation quotidienne de la nature lui prodigue et aurait composé avec l’opposition plutôt que cherché à s’y opposer.

Bien des souffrances découlent de cette incapacité apprise à voir ce qui est tel que c’est. Bien des maux en sont issus. Voici un exemple banal d’un autre genre. Dans ce cas, croire qu’il ne faut pas avoir peur dégénère et conduit à un comportement phobique.

Genèse d’une phobie

Un arrêt de bus un matin. Elle attend patiemment perdue dans ses pensées. Soudain, quelque chose lui passe au ras des yeux. Elle rejette sa tête en arrière en criant, bouscule la personne qui était derrière elle, manque de lui tomber dessus et reprend son équilibre pour constater qu’il s’agissait... d’un avion en papier. Elle cherche du regard le garnement qui a osé faire cela. Il a disparu sans se laisser prier. Elle a eu bien peur. Elle en tremble encore. Elle se raisonne : ce n’était qu’un avion en papier. Elle se calme. Elle se dit qu’elle fera bien rire ses collègues en racontant cela au bureau.

Pendant son trajet, tout en regardant par la fenêtre du bus, elle se sent prise d’un sentiment bizarre. Un sorte de tristesse se diffuse lentement en elle. Petit à petit elle se sent honteuse de ce qui lui est arrivé. Elle décide alors de n’en souffler mot à quiconque. Elle a trop peur qu’en voulant faire rire elle ne devienne l’objet de moquerie. Elle chasse le souvenir de cet événement ridicule. Elle veut l’oublier. Elle l’oublie. Elle se contrôle.

Un matin, elle arrive alors que l’abri de bus est déjà bien plein et elle se positionne machinalement le long du trottoir, les autres voyageurs se protégeant de la bruine sous l’auvent. Elle se sent mal. Elle cherche à s’éloigner du bord de la voie. Elle n’en peut plus, elle se décale de façon à être loin du bord, et reste là à se mouiller en attendant le bus. Elle prend conscience de cela. Ce qui la frappe par dessus tout est qu’elle se soit sentie obligée de se déplacer alors que cela ne lui était jamais arrivé jusqu’alors. Elle se raisonne : « je dois être fatiguée ». Quelques semaines plus tard, sa fille lui demande alors qu’elles vont ensemble au marché :« pourquoi tu marches le long du mur ? » Elle n’avait pas remarqué. Elle veut s’en éloigner, et c’est comme si elle devait faire un effort pour s’arracher à l’attraction des immeubles. Elle se contrôle : « il n’y a pas de raison à frôler les murs ainsi ». Elle veille à suivre sa fille comme si de rien n’était. Il n’y a pas d’explication à son envie d’être loin du bord du trottoir. Les mois passent. Elle se sent fatiguée. Elle laisse de plus en plus souvent son mari aller faire les courses. Elle ne comprend pas ce qui lui arrive et essaie de faire bonne figure de temps en temps. Elle finit par se contrôler suffisamment pour ne rien montrer et reprendre une vie normale en apparence.

Sa famille lui pointe qu’elle est de plus en plus exigeante et irascible. Elle réalise par ailleurs qu’elle revient plusieurs fois sur son travail et cherche à le vérifier plus que de coutume. « Ce n’est rien, un petit passage difficile à traverser, se dit-elle, une mini dépression à laisser passer ».

Le temps passe. Elle sursaute quand elle découvre qu’elle a commis une erreur. Elle culpabilise anormalement quand son patron ou ses collègues lui pointent une bévue de sa part. Elle entend sa famille lui reprocher son irritabilité et ses exigences injustifiées. Elle se sent mal. Elle craint de perdre le contrôle. Elle cherche à éviter l’erreur. Elle n’y arrive pas. Elle redouble d’efforts. Elle nourrit à présent la peur de perdre le contrôle d’elle-même. Sourd alors en elle une peur encore plus effrayante : elle a peur de devenir folle.

C’est alors qu’elle vient consulter sous la pression de son entourage. Au fil des séances elle découvre incidemment ce qui précède et sursaute à la fois d’étonnement et d’émerveillement devant la nature et ses pièges. À vouloir raisonner le primate qui vit en elle, elle s’est tendue un sacré piège et y est tombée à pieds joints. C’est promis, elle composera avec ce dont la nature l’a équipée et ne cherchera plus à s’y opposer, ni à l’ignorer, aussi raisonnable cela puisse-t-il paraître !

Cette faculté à entrer en conflit avec ce que la nature nous a légué au fil de l’évolution est à la base de bien des pathologies. Elle repose en partie sur la capacité apprise à suivre ce qu’on croit, ici devoir ne pas avoir peur, plutôt que ce qui est, ici la peur a besoin d’être reconnue pour suivre son cycle naturel dans l’organisme. C’est en apprenant à suspendre son jugement pour agir (ou ne pas agir) en fonction de ce qui est et non de ce qu’on croit, qu’il est possible de sortir de ce conflit entre nature et raison. N’est-ce pas là une voie de lâcher prise ?

Économiste de formation, formé à la lecture et à l’anticipation des évolutions de la conjoncture, Paul-Henri Pion a passé 16 années dans des postes à responsabilité en entreprise. Depuis 2000, il se consacre à la lecture et à l’anticipation des interactions humaines. Il exerce aujourd’hui les thérapies brèves et le coaching stratégique. Sa pratique s’inscrit dans la lignée des travaux du Mental Research Institute de Palo Alto (Californie) et de son Centre de thérapie brève. .
- http://mieux-etre.org/Paul-Henri-Pion.html

Dans le Manuel du Lâcher Prise, Paul-Henri Pion traite la question de sortir des ornières relationnelles avec soi, les autres ou le monde. Il y est décrit comment en finir avec ces situations qui nous enferment et dans lesquelles on s’enfonce en essayant d’en sortir. Le passage de la contrainte subie à la fluidité agréable est expliqué, imagé et des exercices sont proposés.

Ce faisant, le Manuel de Lâcher Prise tente de réconcilier l’homo sapiens avec le primate qu’il habite et rencontre les traditions et les sagesses qui jalonnent l’humanité. Il en livre une version accessible à la femme et à l’homme modernes.
Ce manuel, très pratique vous guide étape par étape sur le chemin : pour chaque situation problématique, il vous propose un rituel salvateur que vous pouvez personnaliser selon vos besoins.
- Paru chez Eyrolles (mars 2011).
- Commander en ligne



Publié le 3 avril 2011 - Auteur : Pion Paul-Henri
Cet article vous a intéressé ? Restez informé des nouveautés en vous abonnant à notre newsletter.

Autre(s) article(s) proposé(s) par Pion Paul-Henri
Lâcher-prise ou vivre avec son stress ?
L’été se termine. Les mouches se font discrètes. Il faudra attendre l’année prochaine pour s’émerveiller devant l’obstination de ces insectes à vouloir (...)

Paul-Henri Pion - Thérapie brève
Paul-Henri Pion exerce les thérapies brèves et le coaching stratégique. Sa pratique s’inscrit dans la lignée des travaux du Mental Research Institute (...)

Un emplâtre sur une jambe de bois...
Bien souvent le praticien reste perplexe quant au résultat atteint par ses accompagnements. Son client va mieux ; il s’est libéré des problèmes (...)

Bonne route pour 2015 !
Et si pour cette année nous apprenions à respecter notre nature plutôt qu’à la forcer ? Voici quelques propositions directement issues du mode (...)

Lâcher prise
"Ne renonce jamais, lâche prise, et la voie s’éclaire", telle est la proposition de ce livre. Car nous avons du mal à vivre le moment présent, (...)

10 clés pour bien vivre 2014
2014 n’aura que 365 jours, c’est à dire 365 opportunités de construire son propre enfer ou 365 occasions de construire son bonheur et celui d’autrui. (...)

La prescription du symptôme par Paul-Henri Pion
Derrière la prescription de symptôme comme derrière toutes les approches dites paradoxales se cache l’accueil inconditionnel de l’autre et donc la (...)

2013 année de la Prescription de Symptôme ?
Demander à quelqu’un de faire ce qu’il cherche à ne pas faire peut paraître bizarre. Pourtant, quand ce qu’il ne veut pas faire le dérange, c’est là (...)

L’empathie - Par Paul-Henri Pion
Penser avec empathie, interagir avec empathie est synonyme de tenir compte de l’émotion de l’autre que notre organisme encode. Être empathique (...)

Le lâcher prise : un renoncement ou un moyen de se dépasser ?
L’expression lâcher prise renvoie l’image de quelqu’un qui s’agrippe désespérément et finit par renoncer à sa proie ou à sa prise. Elle porte en elle (...)

La nature et la logique : histoire d’une expérience
Parfois, "et" paraît violent pour un esprit logique éduqué à l’école d’Aristote. Utiliser "et" à la place de "mais" "fait mal aux oreilles". (...)

Pour des standards professionnels - Partie 2
Dans la première partie publiée dans ces colonnes le 25 mars dernier, je livrais quelques invariants et en tirais des implications sur la façon de (...)

Pour des standards professionnels - Partie 1
À l’heure où le film "Le Mur" défraye la chronique de nos professions, chacun est passible de s’inquiéter de voir sa pratique dénigrée, tant au niveau (...)

La relation d’aide, une expérience ?
“Le fait de refaire l’expérience de l’ancien conflit laissé en suspens, mais avec un dénouement nouveau, c’est là le secret de tout résultat (...)

Quatre secrets pour vivre heureux avec soi, les autres, le monde
Vous voulez vous sentir acteur de votre vie, contrôler sans vouloir tout maîtriser, sentir quand vos qualités peuvent devenir des défauts, faire (...)

Rester sain d’esprit : pensez-y !
Se sentir acteur de sa vie est un ingrédient majeur de la santé mentale. Une vie sain d’esprit et heureux repose essentiellement sur notre capacité (...)

Arrêtons de vouloir changer !
Quand Arlette s’est présentée effondrée en demandant mon aide, sa situation lui paraissait désespérée. L’ambiance familiale était devenue telle qu’il (...)

Il ou elle va mourir, comment m’y préparer ?
La maladie, l’âge, les blessures ou les conditions météorologiques vont avoir raison de son organisme et vous allez perdre un proche. Que vous le (...)

Manuel du Lâcher Prise
Dans le Manuel du Lâcher Prise, Paul-Henri Pion traite la question de sortir des ornières relationnelles avec soi, les autres ou le monde. Il y est (...)

Question de confiance
Parfois, on entend dire à propos d’une personne affirmée, c’est un mâle dominant ou une femelle dominante. Je vous en propose une autre lecture, basée (...)

Parents, c’est la rentrée !
« Sois plus ferme avec moi » ou « tu n’es pas assez dure avec moi », sont des cris d’appel au secours que j’entends en général autour de Pâques quand (...)

Devoir de mémoire
Dans une très belle conférence intitulée « la dimension d’aimer », le psychanalyste jungien Elie G. Humbert, s’exprimait ainsi : « ...il y a un type (...)

Journal intime ou journal intime ?
« Chaque jour, dans un grand cahier, à un moment que vous avez choisi, vous écrirez la date et le lieu, puis une fois la date et le lieu inscrits, (...)

50 exercices pour lâcher prise
Articulé en quatre parties, ce manuel regroupe 50 exercices construits rigoureusement dans la logique de l’arrêt des tentatives de solutions (...)

Arnaque au mieux-être
Mieux-être passe par exercer son intelligence avec bon sens et sortir de l’aveuglement pour voir les évidences. « J’ai tout essayé, je ne vois plus (...)

Bonnes résolutions...
Le passage de l’année est propice aux bonnes résolutions. Seulement voilà, avec le temps, ces résolutions prennent l’allure de trop bonnes résolutions (...)

Aventure d’automne
Alice vient de se poser. Jeune femme trépidante de la ville, Alice est au fait des dernières nouveautés tendances. Pas une vente privée ne lui (...)

Les émotions de l’été : Saynètes et décryptage
Voici avec l’été, le relâchement tant attendu pour récupérer de la fatigue de l’année. Mais voilà, qui dit relâchement, dit retour au galop de la nature. (...)

Le plaisir est dans le pré ...
Après avoir fait un long détour au fin fond de son trouble, le client revient à la vie ambiante et doit en réapprendre les usages et les saveurs. Le (...)

Je t’aime, un peu, beaucoup, énormément …
La vie à deux est une aventure pleine de satisfactions et de désillusions douloureuses. Partager son espace, ses envies ou ses humeurs est un (...)

C’est le jour des morts ...
Selon la tradition chrétienne, les premiers et deux novembre sont devenus des jours privilégiés pour se rappeler aux morts et se rappeler d’eux. (...)

C’est la rentrée !
Les vacances sont passées. Au détour d’une rue, d’une lumière ou d’un visage, l’esprit s’évade et retourne en vacances. Les vacances... c’est souvent le (...)

Harcèlement, stress, ou peur ? Un exemple pour comprendre
Le stress et le harcèlement moral sont deux fléaux que l’organisation moderne du travail favorise. L’article suivant appartient à une série (...)

Harcèlement moral au travail : un exemple pour comprendre
Le stress et le harcèlement moral au travail sont deux fléaux que l’organisation moderne du travail favorise. L’article suivant appartient à une (...)

Stress au travail : un exemple pour comprendre
Le stress et le harcèlement moral au travail sont deux fléaux que l’organisation moderne du travail favorise tant et si bien que le législateur s’en (...)

Vers une approche psychanalytique de la Thérapie Brève
Les approches analytiques semblent parfois considérer avec dédain les apports de la thérapie brève. Certain praticiens en thérapie brève considèrent (...)

Dans ce que je lui dis ... qu’est-ce qui l’intéresse ?
Le client passe la porte du cabinet du thérapeute avec la demande minimale « que « ça » s’arrête » voire « que « ça » aille mieux ». Il confère au (...)

Peut-on déjouer le piège de la souffrance mentale ?
La demande de thérapie naît d’une souffrance ou d’un dysfonctionnement qui s’installent de telle sorte qu’ils deviennent envahissants, jusqu’à devenir (...)

Position du thérapeute et dynamique en Thérapie Brève (1)
Que ce soit par soucis du secret professionnel ou par l’utilisation d’une langue obscure, ce que le thérapeute fait en séance reste difficile (...)

Le fil conducteur du thérapeute en Thérapie Brève
En thérapie brève, le thérapeute considère le client comme une personne normale qui, en cherchant la meilleure adaptation possible à un instant donné (...)

Pourquoi et comment fonctionne la thérapie brève ?
Même après 40 ans d’existence, la thérapie brève, souvent appelée aussi thérapie stratégique pour la distinguer des thérapies courtes développées depuis (...)

Proposé par

Pion Paul-Henri

Paul-Henri Pion exerce les thérapies brèves et le coaching stratégique. Sa pratique s’inscrit dans la lignée des travaux du Mental Research Institute de Palo Alto (Californie) et de son Centre de thérapie brève. Il est licencié en psychologie (Université Paris V Descartes) et a suivi les enseignements de l’Institut Grégory Bateson (Liège-B) et du Centro di Terapia Strategica (Arezzo-I).

- Tél. 06 03 10 66 90 - 01 43 34 12 39
- Courriel : phpion.tb@gmail.com
- France - Courbevoie
- Site : http://pion.tb.free.fr/

Voir profil complet





Suivre Mieux-Etre
  • 34 visiteurs en ce moment

    Recherche par thèmes Articles Vidéos entretiens Livres, CD, DVD Recherche par noms
    Avertissement
    L'information diffusée sur Mieux-Etre.org est destinée à encourager, et non à remplacer, les relations existantes entre le visiteur du site et son médecin ou son thérapeute.
    Mieux-Etre.org
    © sprl Parcours
    Tous droits réservés
    Mentions légales