20h de travail individuel intensif

Guérir du stress post-traumatique par un travail individuel intensif

Avec Prabhã Calderón


Guérir du stress post-traumatique par un travail (...)

Le traumatisme émotionnel est le résultat d’événements et d’expériences à long terme, qui génèrent des sentiments persistants d’insécurité et/ou d’impuissance, ainsi que des émotions répétitives telles que la honte, la peur ou l’anxiété chronique. Il est différent d’un seul événement traumatique marquant.

---

Les traumas émotionnels subis dans l’enfance au sein d’une famille toxique ou dysfonctionnelle influencent l’enfant pour le reste de sa vie, car ils altèrent le fonctionnement du cerveau par le biais de sa plasticité.
Après avoir vécu de longues périodes de maltraitance chronique et des situations déstabilisantes telles que des agressions, des insultes, des menaces, des discriminations et des humiliations, ainsi que l’invalidation de ses émotions et de ses besoins légitimes de communication, de respect, d’amour et d’attention, l’enfant souffrira certainement d’un stress post-traumatique.
Vous pouvez lire cet article : Les antidotes contre la famille toxique

Mais les enfants souffrent également de stress post-traumatique lorsqu’ils ont un rôle anxiogène auprès d’une mère ou d’un père qui les instrumentalise, parce qu’ils ne sont pas vus tels qu’ils sont. Cette situation stressante les empêche de se séparer psychologiquement du parent qui les instrumentalise, ainsi que d’évoluer vers leur autonomie psychoaffective et émotionnelle.

Voir cette vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=NjuB_YmEDZ8

Le stress post-traumatique n’est donc pas seulement une réponse à un abus prolongé, mais aussi le résultat d’une situation extrêmement stressante et confuse.
Par exemple, vivre avec un parent souffrant du trouble de la personnalité narcissique et l’autre de dépendance affective, produit sans aucun doute un stress post-traumatique.

Vous pouvez regarder cette vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=HVjR_ErMFsI

Ainsi que lire cet article : Les effets traumatiques de l’abus narcissique

En fait, les parents maltraitent involontairement leur enfant quand ils sont immatures, anxieux, absents, déprimés, et qu’ils font des demandes irréalistes à leur enfant. Beaucoup d’entre eux prennent possession de leur enfant et abusent inconsciemment de lui des façons suivantes :

  • Ils ne lui permettent pas de se séparer d’eux au niveau psychoaffectif parce qu’ils ne respectent pas ses frontières psychoaffectives.
  • Ils l’infantilisent et l’empêchent de s’individualiser et d’atteindre son autonomie psychoaffective et émotionnelle.
  • Ils en font un objet et le « parentifient », c’est-à-dire qu’ils lui attribuent le rôle de maman, papa, du conjoint disparu, de compagne romantique ou de tout autre adulte.
  • Ils l’empêchent de recevoir des informations du monde extérieur, d’entrer en conflit avec la réalité et de surmonter ses propres épreuves.
  • Ils ne fixent pas de limites claires, ni de règles sécurisantes.
  • Ils font de leur enfant l’instrument de conflits dans leur couple.
  • Ils l’idolâtrent, l’idéalisent ou le placent sur un piédestal et le prennent pour quelqu’un qu’il n’est pas, se disant que l’enfant est merveilleux, qu’il ne peut ni se faire de mal, ni en faire à quelqu’un d’autre.

La plupart des enfants confondent la maltraitance et/ou l’instrumentalisation avec l’attachement et l’amour qu’ils ressentent pour leur parent maltraitant. Lorsque les comportements du parent maltraitant sont omniprésents, son image reste gravée dans la psyché de l’enfant et ses messages implicites et explicites deviennent tout aussi omniprésents dans l’esprit de l’enfant par leur introjection et intériorisation.

Les conséquences sont qu’à l’âge adulte, ils présentent plusieurs états hypnotiques comme leurs parents. En voici quelques-uns :

  • La régression d’âge, qui les fait réagir comme s’ils étaient des enfants.
  • La futurisation, qui génère en eux du catastrophisme et de l’angoisse.
  • La dissociation, qui les empêche d’être présents et de ressentir leurs émotions.
  • Le monologue stressant, qui se passe entre « deux voix » ou plusieurs.
  • Le blocage, qui est le refus inconscient de voir ce qui se passe dans leur vie.
  • La confusion, qui est la sensation d’être perdus ou de ne rien comprendre.
  • Le rêve hypnotique, qui les éloigne de ce qu’ils sont en train de faire.
  • La déformation sensorielle, qui les empêche de sentir leur corps tel qu’il est.
  • L’amnésie, qui les fait occulter ce qui s’est réellement passé.
  • La pensée magique, qui les fait interpréter la réalité de façon erronée.
  • L’hypnose identitaire qui les fait se prendre pour quelqu’un qu’ils ne sont pas.

Symptômes du stress post-traumatique

Les symptômes physiques du stress traumatique sont l’insomnie chronique, les cauchemars et l’anxiété chronique qui bloque la respiration et provoque diverses maladies chroniques, ainsi que des dépendances.
Mais il se manifeste aussi par divers troubles du comportement, des schémas répétitifs, des distorsions cognitives et une incapacité à agir. Par exemple, plusieurs études ont montré que les personnes ayant subi d’abus narcissique dans leur enfance de la part de l’un de leurs parents, se sentent attirées par les abuseurs à l’âge adulte et deviennent dépendantes d’eux.
Si les symptômes du stress post-traumatique sont plus graves et persistants, la personne présente des symptômes du TSPT : Trouble du Stress Post Traumatique.

  • La première manifestation du TSPT, est la peur envahissante et incapacitante. Si la victime se sent projetée dans un cauchemar ou dans un film d’horreur, sa propre terreur la rend incapable de fonctionner.
  • Autres symptômes sont les « flashbacks », les souvenirs récurrents et intrusifs, visuels et auditifs. Quand les « flashbacks » sont terrifiants, la victime peut tomber dans un état dissociatif, où elle rejoue les événements tels qu’ils étaient, ou bien de façon détournée. Dans ce dernier cas, elle déforme la réalité présente. Par exemple, elle peut avoir des fantasmes inconscients provenant de vraies situations qu’elle n’a pas pu intégrer. Par ces fantasmes, cette personne peut accuser son père de l’avoir violée ou au contraire, elle peut vivre dans l’occultation d’un vrai viol.
  • Beaucoup des victimes développent de phobies comme la claustrophobie qui est la peur des endroits clos ou l’agoraphobie qui est la peur des lieux publics.
  • D’autres souffrent de dépression, ou bien elles sont dysphoriques, c’est-à-dire que leur humeur oscille entre deux émotions opposées.
  • D’autres encore sont émotionnellement absentes ou dissociées. Beaucoup sont hypocondriaques ou mélancoliques.
  • D’autres somatisent leurs problèmes mentaux et se plaignent de maux physiques. Etc.

Traitement

Pour guérir du traumatisme émotionnel, du stress post-traumatique ou du TSPT, il est fondamental de remettre en question les croyances intériorisées pendant la période de l’abus ou de l’instrumentalisation.
Grâce à cette introspection, la personne identifie ses fantasmes inconscients. Par exemple, elle démantèle dans son psychisme l’image de l’abuseur et les messages que celui-ci lui a transmis.
En mettant en évidence les messages et les comportements de l’agresseur, la victime prend du recul et cesse de s’identifier à eux. C’est ainsi qu’elle commence à vivre dans le présent.

Ce processus prend en considération l’histoire de la personne, les interprétations qu’elle a faites de son histoire, ses distorsions cognitives et les croyances hypnotiques par lesquelles elle confirme sa souffrance chronique, ainsi sue ses comportements redondants et ses schémas répétitifs.
Grâce à cette méthode, qui implique la répétition intentionnelle d’événements significatifs, l’expression d’émotions refoulées et des mouvements oculaires pour libérer les ancrages du cerveau, la personne comprend enfin que la structure psychique construite à la suite du traumatisme émotionnel n’est pas « elle ».
Elle se détache des images obsessionnelles et du mécanisme de l’observateur qui les regarde. Libre de son stress post-traumatique, la personne se réveille des états hypnotiques.

La première séance en ligne

Pour commencer, une première séance d’une heure via Zoom est indispensable. Lors de cette séance, vous exposerez vos difficultés et les besoins qui vous poussent à débuter cette démarche. Cette séance me permettra d’identifier si vous êtes près ou non à faire le travail intensif. Il faut savoir, que je ne travaille pas avec des personnes souffrant de psychopathies qui rendent la conversation et l’échange impossibles.

Aspects pratiques

• Il s’agit de 20 heures de travail, de préférence sur trois jours consécutifs en individuel.
• Les horaires de deux premiers jours sont : de 9:30 à 13:00 et de 15:30 à 19:30
• Les horaires du dernier jour sont : de 9:30 à 12:30 et de 14:30 à 17:30.
• Le prix de l’intensif : 1600 € TTC pour 20 heures de travail. Soit 80 € par heure. Le repas de midi est inclus si le travail intensif individuel se fait en présentiel.

Pour plus d’informations, contactez Prabhã Calderón : prabha.calderon@orange.fr


Publié le 21 mai 2023 - Auteur : Calderón Prabhã
Cet article vous a intéressé ? Restez informé des nouveautés en vous abonnant à notre newsletter.

Autre(s) article(s) proposé(s) par Calderón Prabhã
Le moi, les autres et la pensée magique
Le moi, les autres et la pensée magique
La première pensée qui émerge après le sommeil profond est « moi ». La deuxième pensée est « l’autre ». La pensée magique est le résultat du conflit (...)

Se réveiller du personnage habituel
Se réveiller du personnage habituel
Afin de s’éveiller à sa Nature profonde, il est nécessaire de reconnaître la dynamique de notre personnage mental anxiogène, qui s’oppose à la joie (...)

Les antidotes contre la famille toxique
Les antidotes contre la famille toxique
Allez-vous passer les fêtes de fin d’année avec votre famille, qui est toxique ? Si oui, il faut savoir que la famille la plus toxique est une (...)

La distorsion cognitive des narcissiques
La distorsion cognitive des narcissiques
Les narcissiques utilisent un « paracosme » par lequel ils corrompent leur vie et celle des autres. C’est un monde imaginaire régi par ses propres (...)

La dépendance affective et le syndrome d'Écho
La dépendance affective et le syndrome d’Écho
La dépendance affective est une fixation mentale, qui empêche les personnes concernées de reconnaître leurs besoins fondamentaux et d’affirmer leurs (...)

Le pouvoir transformateur de notre empathie
Le pouvoir transformateur de notre empathie
L’empathie affective est la capacité de comprendre les sentiments, les émotions, les besoins légitimes et les points de vue d’autrui. C’est la (...)

Les effets traumatiques de l'abus narcissique
Les effets traumatiques de l’abus narcissique
La notion d’abus narcissique désigne l’ensemble des comportements redondants, coercitifs, pernicieux, nuisibles et envahissants que les narcissiques (...)

Les phases prévisibles de la relation du couple (...)
Les phases prévisibles de la relation du couple narcissique et dépendant dysfonctionnel.
Le trouble de la personnalité narcissique est une condition post-traumatique, qui génère une profonde perturbation dans le processus de la formation (...)

L'hypnose identitaire du couple narcissique / (...)
L’hypnose identitaire du couple narcissique / codépendant
L’une des épreuves les plus intensément douloureuses que vous puissiez endurer dans votre vie, est d’aimer une personne atteinte du « trouble de la (...)

Se réveiller de l'identité habituelle
Se réveiller de l’identité habituelle
Pour vous réveiller de votre « identité habituelle » il est fondamental de reconnaître votre conditionnement, votre « hypnose identitaire ». (...)

Nos besoins fondamentaux et nos besoins compulsifs.
Nos besoins fondamentaux et nos besoins compulsifs.
Nos actions sont motivées par sept besoins fondamentaux qui découlent de notre nature humaine.

Proposé par

Calderón Prabhã

Prabhã Calderón est coach, enseignante et auteure. Elle apporte une contribution précieuse à la description des mécanismes hypnotiques attachés aux croyances identitaires, à la compréhension des liens entre ces mécanismes et les souffrances individuelles, transgénérationnelles et collectives. Prabhã est l’auteure du livre : « L’enfer narcissique », « Sortez de cette folie hypnotique » Aux Éditions Sydney Laurent. Ses consultations se déroulent en ligne.
- Tél. 00 33 647 57 16 28
- Courriel : prabha.calderon@orange.fr
- Site : https://prabha-calderon.fr/

Voir profil complet

Suivre Mieux-Etre
  • 10 visiteurs en ce moment

    Carnet d'adresses






    Avertissement
    L'information diffusée sur Mieux-Etre.org est destinée à encourager, et non à remplacer, les relations existantes entre le visiteur du site et son médecin ou son thérapeute.
    Mieux-Etre.org
    © sprl Parcours
    Tous droits réservés
    Mentions légales