Hypersensibles. Trop sensibles pour être heureux ?

Saverio Tomasella

« Hypersensibles » ? Que veut dire ce mot ? A quelles réalités correspond-il exactement ? Comment notre sensibilité peut-elle devenir si grande, si forte ? Très sensible ? Trop sensibles ? Comment s’y retrouver ?

Et surtout comment mieux vivre avec cette sensibilité, sans la brider ou la réfréner, mais en l’apprivoisant ?

Tel est l’objet de ce livre… Les personnes très sensibles se sentent souvent « inadaptées ». Elles souffrent de leur très grande sensibilité : elles ont des perceptions plus fines, plus aigües, plus intenses de la réalité ; leurs ressentis sont plus vigoureux, leurs modes d’expression plus originaux.

En fait, les termes « hypersensibles » et « hypersensibilité » recouvrent un très grand nombre de réalités. Après la dépression, les dépendances affectives, les addictions de toutes sortes, sont apparues les relations impossibles et surtout l’hypersensibilité (notamment en réaction au virtuel).

Le sens commun y voit une connotation négative, dans le sens d’un handicap pour entrer en relation avec autrui, d’une fébrilité psychique, comme si tous les capteurs étaient sans cesse en éveil. Il s’agit principalement d’une grande acuité perceptive, parfois très subtile, très fine et particulièrement intuitive, avec une remarquable disposition à éprouver des sentiments, et – dans les meilleurs des cas – une facilité à les exprimer.

À travers de très nombreux exemples et douze portraits cliniques particuliers, Saverio Tomasella dépeint les caractéristiques de l’hypersensibilité et leurs origines. Désenchantés, incompris, vulnérables, inquiets mais aussi empathiques, enthousiastes et en quête de sincérité, les grands sensibles sont complexes, parfois paradoxaux. Leurs anciennes blessures semblent vives encore et s’ajoutent aux nouvelles, compliquant considérablement leur quotidien. Si certains décident de faire barrage à leurs émotions pour s’adapter au monde, d’autres se laissent complètement submerger par elles. Dans les deux cas, cette grande sensibilité est souvent vécue comme négative. Il n’est pas rare de penser que l’on est trop sensible, peut-être, pour être heureux. Que faire alors ? Il ne s’agit pas de « gérer » ses émotions mais plutôt d’apprendre à les vivre, de découvrir les richesses qu’elles peuvent apporter, de considérer son extrême sensibilité comme un trésor à partager avec soi et les autres. A bien y regarder, sensibilité rime avec humanité : en cela elle peut être source de joie, de créativité et, même, de bonheur !

L’auteur, Saverio Tomasella est psychanalyste, membre de l’Association Européenne Nicolas Abraham et Maria Torok, fondateur du Centre d’Etudes et de Recherches en Psychanalyse. Il dirige la collection « Les chemins de l’inconscient » depuis sa création en 2004 avec plusieurs titres dont « Les amours impossibles », « Le sentiment d’abandon »,... Son livre « La traversée des tempêtes – Renaître après un traumatisme » a obtenu le Prix Nicolas Abraham et Maria Torok 2012.

- Paru aux Editions Eyrolles - 2012
- Acheter en ligne



Tomasella Saverio

Saverio Tomasella est psychanalyste, membre de la Fédération des ateliers de psychanalyse et de l’Association européenne Nicolas Abraham et Maria Torok.

Autre(s) article(s) proposé(s) par Tomasella Saverio
Que reste-t-il de nos ancêtres ?
Peu à peu, les psychanalystes ont décelé que l’existence et la vie psychique de nos ascendants (parents, grands-parents et autres ancêtres) exercent (...)

Comment améliorer la confiance en soi ?
En définitive, sur quel fondement repose la confiance en soi ? L’amour ! La confiance en soi repose avant tout sur l’amour. Derrière les demandes (...)

Comment améliorer la confiance en soi de mon enfant ?
Situation : Un(e) adolescent(e) rentre du lycée « dégoûté » et découragé, soit par une mauvaise note, soit par la remarque d’un camarade sur son physique (...)

La musique de l’amour
Pendant très longtemps, un préjugé tenace a maintenu la philosophie loin des foules : philosopher, aimer la sagesse, réfléchir aurait été une activité (...)

De l’abandon au sentiment d’abandon
Se sentir abandonné ne signifie pas forcément être abandonné. Il existe une marge entre l’impression et la perception d’une réalité. L’impression (...)

Le saut de la mésange
Bien sûr, le plus souvent, nous préfèrerions que l’inconscient n’existe pas, que rien ne puisse nous échapper, que nous puissions tout contrôler. Ce (...)

Avertissement
L'information diffusée sur Mieux-Etre.org est destinée à encourager, et non à remplacer, les relations existantes entre le visiteur du site et son médecin ou son thérapeute.
Mieux-Etre.org
© sprl Parcours
Tous droits réservés
Mentions légales