Les thérapies du mouvement et de la représentation

Par Corinne Van Loey Psychologue

En matière de thérapie, le XXe siècle est celui de l’avènement de la psychanalyse. Les théories de l’inconscient développées par Freud ont semblé redonner ses lettres de noblesses à l’esprit en tentant « maladroitement » de restaurer l’idée antique selon laquelle l’esprit n’était pas détaché du corps. Il réactualisa le fait que le psychisme- ou l’âme – devait être pris en compte et soigné.

Pourtant les limites de la psychanalyse ont vite été établies : c’est un mode thérapeutique partiel qui ne met en jeu que la parole et donne priorité à l’intellect. La cure ayant pour objectif de laisser se dire le patient. Et au travers cette parole, de l’amener à une prise de conscience et à une compréhension intellectuelle de ses traumatismes. Nonobstant cette compréhension intellectuelle est bien loin d’être suffisante à mes yeux pour permettre d’accéder à un véritable changement. Ce dernier a pour objectif de lui permettre d’accéder à un mieux être, un « mieux vivre ».

En effet, bon nombre de patients qui, après de nombreuses années de cure avaient « tout compris », ont vraisemblablement trouvé une forme de soulagement dans le travail accompli. Mais ils ont également gardé le sentiment que quelque chose était bloqué, figé, non résolu.

C’est la raison pour laquelle mon expérience thérapeutique m’a amené à m’intéresser plus spécifiquement aux traumatismes, à leurs conséquences et impacts sur la vie de mes patients. Le premier constat établi : le traumatisé est souvent dans une attitude d’évitement. De plus, il fait en sorte d’esquiver l’évocation de son traumatisme, ou de tout ce qui peut- de près ou de loin- le ramener à l’événement, et ce parfois de façon inconsciente.

Le second constat révèle une nécessité : la prise en compte du micro traumatisme - notion que j’ai établie et développée dans mon précédent ouvrage. Le micro traumatisme est un événement souvent anodin dont l’impact sur le sujet équivaut à un ou des événement(s) traumatique(s) reconnu(s).

Le troisième constat révèle que tous ces événements se manifestent par un phénomène d’arrêt de la personne. Ainsi, l’image, la représentation de l’incident est figée telle une photo. Dès lors, nous affirmons - par expérience - que son évocation garde la précision photographique d’une image figée au delà du temps. Avec l’expression des émotions qui lui sont liées.

Ces différents constats, renforcés par les points de vue de Pierre Janet et de Ferenczi - sur la coupure ou le clivage traumatique - m’ont conduit à une autre réflexion.

Dans ce contexte, mon premier constat révèle que les thérapies du verbe -dont la psychanalyse fait partie – sont bénéfiques et apportent des résultats comme toutes actions thérapeutiques. Mais, le champs du trauma est souvent occulté par le patient, donc rarement abordé, et le plus souvent non traité.
Grâce à mon expérience, je me suis aperçue que le mode thérapeutique psychanalytique était insuffisant et peu adapté au traitement du traumatisme car il ne prenait pas en compte l’individu dans sa globalité : pensée, corps et esprit. De même, son processus était trop long, contraignant pour le patient et les résultats trop incertains.
Sans vouloir abonder dans le sens de notre société du XXI e siècle- qui donne priorité à l’immédiateté et à l’efficacité- je me suis demandée comment je pourrais soulager et apporter du bien être à mes patients. Il est apparu de manière incontestable que face à l’arrêt la seule réponse est le mouvement. Mais comment remettre du mouvement lorsque les choses se sont arrêtées, figées ? Telles sont les interrogations qui ont façonnées ma démarche thérapeutique.

C’est en travaillant avec l’hypnose, puis avec l’EMDR que je me suis rendue compte que ces modes thérapeutiques étaient susceptibles de répondre à cette question de façon concrète.
Si cela semble plus évident pour l’EMDR, où le mouvement imprimé de façon alternative sous la forme de stimulation visuelle ou tactile est bien présent dans la technique cela l’est moins pour l’hypnose. En réalité, ces deux techniques, tout comme les méthodes thérapeutiques issues de la psychologie énergétique, ont pour caractéristiques de prendre en compte très concrètement l’individu dans sa globalité, dans une inspiration très chamanique, qui cherche à considérer l’individu comme un élément appartenant à un tout.
Nous avons tendance à dire que pour qu’il y ait mouvement il nous faut percevoir ou sentir quelque chose bouger. Or lorsque je perçois un siège, par exemple, cette perception induit dans ma pensée le mouvement « je peux aller m’asseoir » et même si je ne l’exécute pas réellement, mon corps et mon esprit ont parcouru le chemin et se sont donc mis en mouvement « virtuellement ».

C’est ici que représentations et mouvements trouvent à la fois leur complémentarité et leur efficacité. Pour notre cerveau émotionnel, une perception vécue intensément est équivalente à la réalité. Rappelons nous qu’à juste titre les Stoïciens nous suggéraient de modifier nos représentations plutôt que celles de l’ordre du monde. Le fait de pouvoir le modifier -ce qui est une réalité- nous donne un pouvoir, nous met en mouvement, et nous fait sortir du sentiment d’impuissance que l’arrêt a généré en nous. La modification de l’image arrêtée et sa mise en mouvement au moyen de ces techniques, permettent d’accéder à une libération et à lever des barrages qui freinent et parfois empêchent la réalisation de soi. C’est la raison pour laquelle mon expérience professionnelle me permet d’affirmer que seules les thérapies de la représentation et du mouvement sont capables de gommer ces instants où la sidération a fait place à l’action.
Il s’agit simplement de réactualiser ce qui est resté en suspend et de reconstituer une unité (pensée/ corps/esprit/ mouvement) que le traumatisme à fait voler en éclats.

Corinne Van Loey

Hypnose, EMDR, EFT... les nouveaux chemins de la guérison

soigner le corps et le psychisme par la représentation et le mouvement

Corinne Van Loey - Paru aux Editions Dangles

L’auteur défend l’idée que seules les thérapies de la représentation et du mouvement nous permettent de gommer ces instants où la sidération a fait place à l’action. Elle nous propose donc de renouer le fil du temps, de réactualiser les gestes laissés en suspens en permettant leur achèvement nécessaire. De retrouver enfin cette complémentarité entre corps et esprit que le traumatisme avait fait éclater. S’appuyant sur de nombreuses années de pratique, ainsi que sur les travaux les plus récents en sciences cognitives, l’auteur aborde de manière détaillée et progressive tous les éléments constitutifs du traumatisme et du processus de guérison. La lecture de cet ouvrage, accessible à tous, apportera les éclairages nécessaires à la compression de ces nouveaux chemins de guérison que sont, entre autres, l’hypnose, l’EMDR et l’EFT.

Corinne Van Loey est psychologue clinicienne, diplômée de l’école de psychologues praticiens de Paris, spécialisée en victimologie, hypnose et en EMDR. Elle intervient au D.U d’Hypnose de la Salpêtrière, à l’AFHEM et tient consultation à Paris. Humaniste avec une conception holistique de la personne, elle est précurseur dans la compréhension et le traitement des « maladies de l’âme ». En intégrant dans sa pratique de l’hypnose la pertinente théorie des représentations stoïciennes, elle ouvre les possibles d’une parole thérapeutique basée sur l’écoute et l’empathie.



Publié le 17 décembre 2011 - Auteur : Van Loey Corinne
Cet article vous a intéressé ? Restez informé des nouveautés en vous abonnant à notre newsletter.

Autre(s) article(s) proposé(s) par Van Loey Corinne
Le sentiment d’impuissance
Dans cet ouvrage, Corinne Van Loey décrypte les mécanismes traumatiques qui causent nos impuissances de vie, qu’ils soient psychologiques, (...)

Proposé par

Van Loey Corinne

Corinne Van Loey est psychologue clinicienne, diplômée de l’école de psychologues praticiens de Paris, spécialisée en victimologie, hypnose et en EMDR. Elle intervient au D.U d’Hypnose de la Salpêtrière, à l’AFHEM et tient consultation à Paris. Humaniste avec une conception holistique de la personne, elle est précurseur dans la compréhension et le traitement des « maladies de l’âme ». En intégrant dans sa pratique de l’hypnose la pertinente théorie des représentations stoïciennes, elle ouvre les possibles d’une parole thérapeutique basée sur l’écoute et l’empathie.

Voir profil complet





Suivre Mieux-Etre
  • 10 visiteurs en ce moment

    Recherche par thèmes Articles Vidéos entretiens Livres, CD, DVD Recherche par noms
    Avertissement
    L'information diffusée sur Mieux-Etre.org est destinée à encourager, et non à remplacer, les relations existantes entre le visiteur du site et son médecin ou son thérapeute.
    Mieux-Etre.org
    © sprl Parcours
    Tous droits réservés
    Mentions légales