Sophia-analyse

En 1970 Antonio Mercurio crée à Rome une approche thérapeutique qui assume toute la richesse de la psychanalyse mais qui entend s’occuper de l’entièreté de l’être humain et pas seulement de sa dimension psychique.
Puisque de ce point de vue, la souffrance psychique est indéfectiblement liée à un malaise existentiel, dans la solution d’un problème personnel il faudra s’inspirer à une vision de l’être humain dans son intégralité et il faudra s’occuper de sa relation essentielle aux autres et à la réalité.

Puisque de ce point de vue, la souffrance psychique est indéfectiblement liée à un malaise existentiel, dans la solution d’un problème personnel il faudra s’inspirer à une vision de l’être humain dans son intégralité et il faudra s’occuper de sa relation essentielle aux autres et à la réalité.

Le coeur de cette anthropologie est la proposition faite à chacun - qui devient un critère ultime de moralité et ce pour la survie de l’être humain - de se réaliser comme ? personne », concept dont l’élément spécifique est la capacité d’aimer.

Pour développer cette capacité l’outil psychanalytique va nous libérer des noeuds émotionnel qui se sont créés le long de notre histoire. Et la Sophia-analyse va nous aider à retrouver les choix positifs et négatifs pris au cours de cette histoire. Plus particulièrement, elle va nous aider à contacter, reconnaître et dépasser notre destructivité inconsciente qui sabote systématiquement notre créativité et, par là, la qualité de notre vie.

Si le travail psychanalytique s’inspire d’une modalité plutôt déterministe du fonctionnement de notre psyché, le travail sophia-analytique fait clairement appel à la liberté de l’être humain, à sa capacité décisionnelle, pour réaliser, maîtriser et ensuite canaliser l’immense énergie de la colère inconsciente accumulée depuis la vie intra-utérine en réponse aux frustrations rencontrées dans les premiers temps de la vie.

Cette colère non apprivoisée risque de frustrer la fondamentale positivité de l’être humain qui le conduit à se réparer, à transformer le lieu de sa blessure en un lieu de créativité et ainsi connaître la joie.

Le terrain privilégié du travail sophia-analytique est le couple. C’est dans le contact rapproché avec le partenaire que devient évident la dualité de notre projet existentiel, tiraillé entre le désir de créer - jusqu’au point de faire de toute notre vie une oeuvre d’art ! - et notre envie de détruire, qui est une façon de rendre la violence reçue.

La vie de couple devient incontournablement le terrain où nos blessures anciennes vont se renouveler et où nous pourrons prendre conscience de la réaction avec laquelle nous y avons répondu.

Cette réponse est constituée de mécanismes de défense et de mécanismes d’agression dont le couple fera rarement l’économie. Dialectiquement, ils deviennent des moments de vérité douloureuse permettant une transformation profonde.

S’aimer dans la liberté, faire l’expérience de la vie comme un don » à faire et à recevoir, développer et harmoniser la masculin et le féminin... deviennent les buts qui donnent un sens aujourd’hui à la vie de couple.

Enfin il n’est pas difficile d’imaginer l’intérêt et la richesse de perspectives qui découlent d’une étude de l’évolution de l’humanité et de la fonction du genre humain dans l’évolution de l’Univers, pour donner un sens plein à la vie de chacun.

Grâce à la richesse de ces perspectives, la Sophia-analyse est connue comme une thérapie qui a une âme » où la science s’allie à la vie de l’esprit.

La Sophia-analyse a une école de formation à Bruxelles.

Participer pendant deux années à un travail sophia-analytique de groupe est la condition pour demander son admission. Elle entend assurer une connaissance approfondie de la psychanalyse freudienne avec un intérêt tout particulier pour l’oeuvre de Mélanie Klein et Winicott. L’identité sophia-analytique est assurée par des cours et une réflexion profonde sur les écrits de son fondateur Antonio Mercurio.

Au bout de quatre années d’études théorique, organisées autour d’un travail personnel individuel et de groupe - pilier central de la formation - l’autorisation d’exercer la psychothérapie selon la méthodologie sophia-analytique est donnée. Suivent deux années de supervision intensive en groupe et en individuel au terme desquelles le diplôme définitif est délivré. Ce document donne droit à une activité professionnelle en pleine autonomie

Luis Aquino & Dominique Lippens



Publié le 27 février 2009
Cet article vous a intéressé ? Restez informé des nouveautés en vous abonnant à notre newsletter.

Avertissement
L'information diffusée sur Mieux-Etre.org est destinée à encourager, et non à remplacer, les relations existantes entre le visiteur du site et son médecin ou son thérapeute.
Mieux-Etre.org
© sprl Parcours
Tous droits réservés
Mentions légales