Médecine Ayurvédique

Malgré les quelques millions de personnes qui , aujourd’hui encore, ont recourt à la médecine Ayurvédique, il est surprenant de constater notre ignorance face à cette pratique médicale pourtant cinq fois millénaire. Le terme « ayurveda » vient du sanscrit et signifie « science de la vie » (Ayu désignant la vie, dans son déroulement et « véda », la connaissance) une des plus anciennes médecines du monde !

La médecine Ayurvédique, aujourd’hui reconnue par l’Organisation mondiale de la santé, allie la connaissance des plantes médicinales (innombrables variétés présentes dans les jungles en Inde du Sud) à la science du massage thérapeutique. Elle est basée sur les doshas (vita, pitta et kapha) qui définissent les « humeurs » et sur les sept dathus ou strates du corps humain. Issus des combinaisons des cinq éléments de la philosophie ayurvédique, la terre, l’eau, le feu, l’air et l’éther, ce dernier élément étant l’espace même qui sépare les corps, les doshas ,combinaisons par paire de ces éléments, sont les forces de vie primaire.

Malgré la terminologie et la complexité relative des systèmes auxquels se réfère l’ayurveda, (Doshas, dathus, Prakrutis, Gunas, Malas…) les principes philosophiques et cosmologiques qui la sous-tendent sont eux assez limpides : L’Ayurvéda postule que tout est énergie : continuité et transposition entre le microcosme et le macrocosme, les énergies qui s’y activent sont identiques. Continuité aussi entre l’état de santé et de maladie du patient : contrairement à la conception occidentale, on ne « tombe » pas malade : l’ayurveda s’applique essentiellement à maintenir ou reconstruire le fragile équilibre entre humeurs et substances qui composent et alimentent notre organisme. En référence à cette conception cosmologique, l’être humain est aussi considéré dans son intégralité ; chaque individu étant unique, l’ayurveda traite le patient et non la maladie.

Le XXe siècle a offert à la médecine occidentale de spectaculaires avancées (chirurgie, traitements de nombreuses maladies auparavant incurables notamment ) Une évidente « suprématie », qui pourrait, de temps à autre, être remise en question quand on songe aux solutions que notre médecine propose face aux troubles nombreux qu’engendrent notre mode de vie occidental : Le stress, en premier lieu, le cortège des maladies dites psychosomatiques (la médecine ayurvédique intègre, dans sa conception même, le psychisme de l’individu) allergies, l’arthrite, maladies de la peau, migraines, hypertension, ou autres troubles digestifs…des maux dont les traitements parfois lourds, peuvent donner lieu à des effets secondaires bien désagréables.

Or, pour toutes ces « maladies » (qui ne sont souvent que le résultat d’un dérèglement organique ou déséquilibre) la médecine ayurvédique apporte une solution alternative efficace et individuelle. Cette pratique médicale ne prônant pas des « recettes » génériques, mais évaluant chaque être humain en fonction de sa normalité et de son équilibre propre.



Publié le 21 octobre 2009
Cet article vous a intéressé ? Restez informé des nouveautés en vous abonnant à notre newsletter.

Avertissement
L'information diffusée sur Mieux-Etre.org est destinée à encourager, et non à remplacer, les relations existantes entre le visiteur du site et son médecin ou son thérapeute.
Mieux-Etre.org
© sprl Parcours
Tous droits réservés
Mentions légales