Dossier

Doué, surdoué, précoce, … à haut potentiel ??

Alors que depuis une quinzaine d’années, les médias attirent notre attention sur le cas particulier des enfants « surdoués », ceux-ci restent pourtant mal connus des parents, des enseignants et même des psys, principaux intervenants dans leur développement !
Qui sont ces enfants « HP » pas tout à fait comme les autres ? Que ressentent-ils ? Comment vivent-ils leurs spécificités ? Pourquoi échouent-ils bien trop souvent à l’école, sabordant leurs compétences et le fondement-même de leur identité ? Que deviennent-ils une fois adultes ?

La douance

Nombreux sont ceux qui disent "je sais ce que c’est qu’être surdoué, mais je ne sais pas comment l’exprimer", faisant ensuite généralement référence à un enfant qui manifeste des comportements hors-normes.
Malheureusement, les conceptions, en se limitant à des "aptitudes nettement supérieures à la moyenne", à l’« intelligence » ou au « QI », sont souvent erronées et faussent la compréhension et la prise en compte des enfants identifiés comme "doués" ou "surdoués".

L’intelligence ?

Toute tentative de définir la douance fait référence, d’une manière ou d’une autre, à des aptitudes innées qu’on appelle, faute de mieux, "intelligence". D’importants efforts ont été déployés pour mesurer l’intelligence, mais, parce que le concept est évasif, les créateurs de tests visent à tester ce qu’ils pensent être des manifestations typiques de l’intelligence dans les comportements.

La métaphore suivante aide à comprendre cette approximation : "Personne ne voit le vent ; ni vous ni moi. Mais quand les arbres courbent la tête, c’est le vent qui passe."
Comme nous ne pouvons voir le vent, nous ne pouvons trouver, manipuler ou transplanter l’intelligence. Pourtant, nous pouvons voir le fonctionnement ou les manifestations de l’intelligence dans le comportement des individus.

Le QI ?

Le calcul, par l’homme, d’un quotient intellectuel, ou QI, est probablement le meilleur indicateur général de l’intelligence, mais n’est certainement pas infaillible. Trop souvent, le QI d’un enfant est mal compris et peut devenir un fardeau. Toutefois, compte tenu des connaissances actuelles, le résultat d’un test standardisé, administré par un professionnel compétent, fournit une indication aussi fiable que possible des aptitudes potentielles d’un individu à apprendre et à s’adapter. Jusqu’à ce qu’une avancée scientifique soit réalisée, nous nous fierons au QI pour évaluer à quel point une personne est intellectuellement douée.

Nous recommandons toutefois de ne pas vous focaliser sur le concept d’intelligence. ?
Ses mystères et ses intrications sont fascinants, mais il ne doit pas devenir un synonyme commode de la douance. Les avancées dans la recherche sur le fonctionnement du cerveau, couplées à la prise de conscience que l’intelligence d’un enfant n’est qu’une clé dans la compréhension de la douance, ont souligné l’importance d’étudier toutes les caractéristiques d’un enfant doué.

Les vraies caractéristiques de la douance ?

Plus que l’intelligence, sujette à interprétation, ce sont d’autres caractéristiques qui permettront d’identifier, avec plus ou moins de certitude, les individus doués. Comme le dit Jeanne Siaud-Facchin, dans « L’enfant surdoué, l’aider à grandir, l’aider à réussir » :

"Etre surdoué ne signifie pas être plus intelligent que les autres, mais fonctionner avec un mode de pensée, une structure de raisonnement différente. L’intelligence de l’enfant surdoué est atypique. C’est cette particularité qui rend souvent difficile son adaptation scolaire, mais aussi son adaptation sociale. C’est aussi grandir avec une hypersensibilité, une affectivité envahissante, qui marquent la personnalité." ?

Les principales caractéristiques sont :
- Hypersensibilité
- Intensité, hyperstimulabilité (niveau de réaction plus élevé aux stimuli) psychomotrice, émotionnelle, intellectuelle, sensorielle et imaginaire.
- Curiosité exceptionnelle
- Perfectionnisme exacerbé, doublé d’une extrême lucidité.
- Imagination, créativité
- Grande capacité d’observation
- Intérêts variés
- Préférence pour les relations avec des personnes plus âgées
- Sens de l’humour particulier, parfois incompris
- Intolérance à l’injustice
- Idéalisme, altruisme, compassion, empathie
- Rapidité d’apprentissage, lecture à un âge précoce, vocabulaire extensif, grande capacité de résolution de problèmes…
- Insistance à se débrouiller seul, volonté de maîtriser.

L’enfant à haut potentiel ?

Bien souvent, on pense qu’un enfant à haut potentiel est un élève qui doit avoir 21/20 dans toutes les matières. Si beaucoup d’enfants disposant de facultés intellectuelles remarquables sont bien intégrés dans le système scolaire et constituent le cortège des enfants « brillants » qui tirent les classes, il apparaît malheureusement que nombre d’entre eux (30 à 50%) présentent des difficultés (ennui, sentiment d’exclusion, échec scolaire, dépression, troubles alimentaires, tentative de suicide…).

Pourtant, être doué n’est pas une pathologie, mais une spécificité, une « autre forme de normalité », qui peut se révéler difficile à vivre si l’enfant n’est pas décelé à temps et compris dans sa différence. Il est donc essentiel d’aider les enfants et les adolescents à haut potentiel à s’adapter à un système qui ne fonctionne pas comme eux.

Et les adultes alors ?

S’il existe des enfants "précoces" qui perdent leur avance avec le temps, les enfants surdoués conservent leur spécificité pour devenir des adultes à haut potentiel. Qu’ils aient été détectés ou non, cette particularité va influencer leur vie dans tous ses aspects.

Leur intensité, leur hyperstimulabilité sont fréquemment perçues par leur entourage et par les psychothérapeutes comme des preuves de troubles mentaux, parce que la majorité de la population manque d’information sur cette facette de leur personnalité. La plupart des gens ne savent pas que ce qui est considéré comme normal pour les HP est le plus souvent qualifié de "névrose" dans la population en général ; avec, comme résultat, que la personne douée est parfois émotionnellement vulnérable à une série de difficultés relationnelles à la maison, au travail, à l’école ou dans la société en général.
Les HP sont donc souvent mal diagnostiqués par des thérapeutes qui n’ont reçu aucune formation particulière à l’identification et au traitement de ces personnes présentant des caractéristiques de développement complexes. Le diagnostic thérapeutique fait fréquemment, mais erronément, mention de troubles de la personnalité (bipolaire, cyclothymique, narcissique, borderline, …) ou de déficit d’attention.

Etudiants ou déjà entrés dans la vie active, ils seront confrontés à des choix dans lesquels leur haut potentiel va jouer un rôle prépondérant. Orientation professionnelle, choix de vie, changements de direction en cours de route, leurs parcours sont rarement simples et rectilignes …

Plus d’information : http://www.douance.be/


Article publié le 17 avril 2005
Cet article vous a intéressé ? Restez informé des nouveautés en vous abonnant à notre newsletter.
Partager cet article
Avertissement
L'information diffusée sur Mieux-Etre.org est destinée à encourager, et non à remplacer, les relations existantes entre le visiteur du site et son médecin ou son thérapeute.
Mieux-Etre.org
© sprl Parcours
Tous droits réservés
Mentions légales