Réussir une transition professionnelle ou de vie en 4 "P"

Par Pierre-Boris Kalitventzeff, coach

Dans le cadre de ma recherche, je suis en permanence à l’affût pour saisir chaque occasion d’apprendre dans le but d’épingler les facteurs clé qui font le succès. Si tout le monde réussissait à chaque instant, il n’y aurait pas besoin de décoder ou de modéliser la réussite et cet article n’aurait pas de raison d’être.

Au fil d’une rencontre sur un marché de Noël, j’ai trouvé l’inspiration pour celui-ci. J’ai rendez-vous avec une amie, mais elle ne vient pas. Je jette un coup d’œil en direction des échoppes... champagne, huîtres, pâtes aux truffes... Je décide rapidement de me rapprocher du chalet d’où émane une sublime odeur de truffes. La chef et moi discutons et rapidement, ma curiosité amène mon interlocutrice à parler de son enfance, de sa passion pour la cuisine. J’apprends que cette femme, après une carrière réussie dans le monde de la finance, s’est reconvertie et a lancé son entreprise de Food Truck. Et ça cartonne !

Comme dans toute entreprise, il y a des échecs et des réussites. Et dans un secteur tel que celui-là, qui jouit d’un effet de mode, les échecs sont légions. En effet, 50% des gens qui se lancent abandonnent peu après s’être lancé.

Alors, décodons ! Quelles sont les portes à ouvrir, les murs à enfoncer, les étapes à franchir, les freins à lever ? J’ai baptisé ce modèle *les 4P de la transition*. Découverte...

1. P COMME PROTECTION

Tout projet entrepreneurial comporte des risques. Il y a souvent une grande part d’inconnu. En fonction de l’envergure, une mise de fond est nécessaire. Et même sans mise de fond, il faut souvent assurer une transition, le temps que votre entreprise décolle, qu’elle génère un surplus de cash qui vous permette d’en vivre. Les blocages peuvent être d’une autre nature que financière. Dans tous les cas, sans protection suffisante, on n’ose pas faire le pas.

Une carrière réussie permet souvent de mettre de côté, d’avoir un tampon qui permet de voir venir. Ça, c’est le cas « facile ».

Cette protection n’est pas toujours de nature financière. Un de mes clients, qui vient de prendre une décision importante, est en perte de repères suite à un déménagement. Les repères sont sécurisants ; ils nous donnent un sentiment d’identité. J’ai rencontré par ailleurs une personne pour qui il était important de reconstruire ses repères relationnels pour se sentir en sécurité avant de repartir à la conquête d’une nouvelle vie.

Ce chef d’un soir ne voulait pas se lancer seule. Mais elle ne voulait pas d’un partenariat avec un ami ou une connaissance. La seule option qui lui procurait un sentiment de sécurité suffisant était de lancer son affaire avec son partenaire de vie.

2. P COMME PERMISSION

Cette permission, notre entrepreneur l’a trouvée dans la confiance de son partenaire de vie qui lui a dit « on n’a qu’une vie, vas-y fonce ». Dans des considérations plus pratiques, il peut s’agir d’un accès à la profession.
Pourtant, le palier est souvent plus psychologique que pratique. Ce « feu vert » peut venir d’un proche, de quelqu’un d’important à vos yeux, mais au final, c’est vous qui vous le donnez.

Cela peut paraître simpliste, mais c’est souvent là que le blocage réside . Il devient alors promordial de prendre conscience que nous sommes les auteurs de notre propre vie.

Ça me rappelle l’histoire d’une femme qui, alors perdue dans des questionnements sans fin, a soudain pris conscience qu’elle pouvait s’autoriser à co-créer son mariage avec son futur mari.

3. P COMME PUISSANCE


Alors qu’elle prépare mes pâtes à la truffe, elle me parle de sa passion.
Celle-ci trouve souvent son origine dans l’enfance...

« J’ai toujours voulu faire ça, depuis que je suis petite » me dit-elle. « Maman m’en avait découragé ... c’était un métier trop dur pour une femme ... », me dit-elle.

Pour lever un blocage à ce stade, il convient de se défaire de nos croyances limitantes, parce que, non, ce n’est pas trop dur pour une femme, preuve en est. Et si ce n’est pas trop dur pour elle, ça ne l’est pas pour vous non plus, si votre passion est réelle.

Je lui demande si elle a eu peur de se lancer... Sa réponse : " j’ai du stress à gérer, bien sûr il y a des nuits où je me tracasse... ce n’est pas vraiment de la peur, je savais que c’était ça que je voulais faire ..."

La puissance, c’est l’émerveillement de l’enfant, la candeur, la légèreté. L’enfant, c’est l’artiste à l’intérieur, l’être curieux et créatif, celui qui a toujours soif d’apprendre, de créer, d’innover. Se connecter à cette partie est une phase essentielle de toute transition.

4. P COMME POUVOIR


Le pouvoir, c’est la posture de celui qui gère au quotidien, celui qui
reste lucide, qui décide, qui arbitre.
« Il faut foncer, c’est du travail. », me dit-elle. Ici, c’est la raison qui aiguille, qui tranche, qui valide.

Cette entrepreneure me dit que son secret, pour tenir dans la durée, c’est de « trouver un concept ». C’est à dire : un modèle d’affaire, une proposition de valeur qui sorte de lot, qui se démarque, avec une cible bien identifiée.

Nous faisons ici appel à cette partie de nous à laquelle la plupart des structures d’accompagnement à l’entrepreneuriat s’adressent : une structure faites d’outils, d’informations, de possibilités de formation. C’est aussi le stade de la décision réfléchie, pesée, sous-pesée, analysée, élaborée. C’est l’étape des business plans, des plans financiers.

Le passage à l’acte nécessite que cette partie de nous reste aux commandes.

Je me souviens d’une parole sage d’une psychothérapeute : "on ne prend pas de décision importante quand on ne va pas bien". Il peut nous arriver de vouloir prendre une décision à la hâte, quand la situation est trop inconfortable. Toutefois, de mon expérience, une transition réussie est toujours bâtie sur chacun de ces 4P. Quand nous vivons un inconfort important, quand la dimension émotionnelle est trop présente, il peut nous manquer cette dimension rationnelle.

4 P pour changer, 4P pour passer d’une situation à une autre. P comme phase, comme passage, comme possibilité.

Que la transition soit courte ou longue, chacune de ces dimensions est présente. Les pâtes étaient délicieuses, et la passion de cette chef d’un soir l’était aussi. Dans son cheminement, elle est passée par chacune de ces étapes pour lancer son projet. Le passage n’est pas tout, certes, car une fois
dans le navire - ou devrais-je dire, dans le Food Truck -, c’est une autre histoire qui commence...

Pierre-Boris Kalitventzeff
Coach en évolution personnelle et professionnelle - PCC.
L’article original se trouve sur : wearelifemasters.com

Article publié le 11 février 2018
Cet article vous a intéressé ? Restez informé des nouveautés en vous abonnant à notre newsletter.
Partager cet article
Autre(s) article(s) proposé(s) par Kalitventzeff Pierre-Boris
Pierre-Boris Kalitventzeff - Coach
Vivre chaque expérience comme une occasion de se rapprocher de soi et de sa raison d’être. Se libérer de ses blocages pour aller vers un soi plus (...)

Avertissement
L'information diffusée sur Mieux-Etre.org est destinée à encourager, et non à remplacer, les relations existantes entre le visiteur du site et son médecin ou son thérapeute.
Mieux-Etre.org
© sprl Parcours
Tous droits réservés
Mentions légales