| Documentation | Dico | Bien-être / Santé

Le Reiki est donc la mise ou la remise en contact de « l’énergie universelle » et de notre « force vitale » dans le but d’éveiller un processus dynamique de guérison.

1) Repères historiques

« Usui Sensei a créé une méthode pour améliorer l’état du corps et de l’esprit grâce à l’utilisation du Reiki de l’Univers.
Sensei avait un surnom, Gyôhan. Il et né dans le village et Taniai-Mura dans la région de Yamaken-Gu de la préfecture de Gifu.

Sur la stèle à côté de la tombe de Mikao Usui, dans le cimetière du temple de Saiho Ji à Tokyo, voici ce qu’on peut lire : (extraits)
« Usui Sensei a créé une méthode pour améliorer l’état du corps et de l’esprit grâce à l’utilisation du Reiki de l’Univers.
Sensei avait un surnom, Gyôhan. Il et né dans le village e Taniai-Mura dans la région de Yamaken-Gu de la préfecture de Gifu.
A l’âge adulte, il part vers l’ouest, notamment en Chine où il étudie. Malheureusement, malgré ses grandes capacités, il n’arrive pas à connaître le succès. Mais même durant des périodes très difficiles, il n’abandonne pas ses entraînements.
Un jour, il gravit la montagne Kurama (au nord de Kyoto), où il entame un entraînement accompagné de jeûne. Le 21ème jour il ressent soudain un grand Reiki sur le sommet de son crâne. En même temps, il reçoit l’illumination, il obtient le Reiki Ryohô. Il va l’essayer d’abord sur son corps, puis auprès de la famille, et il en perçoit des effets immédiats. Tout de suite, il va penser à ne pas garder cette faculté rien qu’au sein de sa famille mais d’en faire profiter un maximum de personnes. »

2) Définition

En japonais, Rei veut dire universel, sacré, spirituel... et inclut les dimensions de l’âme et de l’esprit, alors que Ki (ou Qi) renvoie à l’énergie vitale qui circule en nous, telle que la comprennent les médecines orientales. Le Reiki est donc la mise ou la remise en contact de « l’énergie universelle » et de notre « force vitale » dans le but d’éveiller un processus dynamique de guérison.

3) Les différentes écoles de Reiki

Deux courants principaux existent aujourd’hui ;
- l’école japonaise : le Usui Reiki Ryohô Gakkai, cette école a donné tous les Présidents de l’association qui porte ce nom. De cette école sont issus de nombreux maîtres de renom dont Hiroshi Doi Sensei, fondateur du Gendai Reiki Hô (la méthode Reiki pour les temps modernes). Hiroshi Doi a fait une heureuse synthèse entre l’école traditionnelle japonaise et l’école occidentale.
Le Dr Hayashi (amiral-médecin de l’armée japonaise) initié par Mikao Usui, initia Me Yamaguchi, de qui Inamoto Hyakuten (moine bouddhiste de « la Terre Pure » reçu à son tour l’initiation. Hyakuten Sensei fonde sa propre méthode : le Komyo Reiki , en réponse au Reiki occidental qui en se répandant à l’ouest aurait perdu quelque peu ses racines spirituelles.
- l’école dite « occidentale » fondée par Churjirô Hayashi (initié lui-même par Mikao Usui) et Hawayo Takata, qui développa le Reiki au USA, d’où il s’étend en Europe : Usui Shiki Ryohô.

Il est vrai qu’au départ pour Usui Sensei le Reiki est une voie vers « Anshin Ritsu Mei » : l’éveil, l’illumination, l’Union avec l’Ultime Vérité.
Chaque pratiquant Reiki qu’il soit initié dans l’école traditionnelle japonaise ou dans la filière occidentale, peut faire du Reiki une démarche spirituelle à part entière, et au sens large du terme. Pratique compatible avec n’importe qu’elle autre tradition spirituelle, ou tout simplement humaniste.
En outre le Reiki apportera un « moyen habile » pour travailler sur nos différents corps, et pour arriver à davantage d’harmonie en soi-même et avec l’univers.

4) La pratique : le « soin » Reiki.

Dans une séance typique de Reiki, le praticien canalise l’énergie universelle, à la fois il la transmet en imposant ses mains sur différentes parties du corps du receveur et éveille cette énergie déjà présente chez le receveur.
Contrairement au magnétiseur, le praticien ne fait jamais intervenir son énergie personnelle puisque l’énergie universelle posséderait son « intelligence propre » ce qui lui permettrait à la fois de se diriger exactement là où la personne en a besoin, et de ne causer aucun effet secondaire indésirable.

Une des caractéristiques distinctives du Reiki est que cette pratique et cet enseignement sont à la portée de tous, et permettent à tout un chacun de se « traiter » et « traiter » son entourage.
De façon générale, un traitement de Reiki se déroule habituellement comme suit. L’intervenant demandera à son « patient », qui demeure vêtu, de s’étendre sur une table de massage, d’abord sur le dos, puis sur le ventre. Ayant recours à 12 positions différentes des mains, il les place d’abord avec douceur sur la tête du patient pendant deux à cinq minutes, pour les déplacer ensuite sur le torse, puis sur le dos. En principe sur l’emplacement des principaux chakras.
Quand il y a contact, la pression des mains du thérapeute est toujours très légère. La plupart des patients signalent que l’impression ressentie au moment de l’application des mains pourrait être comparable à la sensation que causerait la présence d’une bouillotte d’eau chaude.

Une séance typique dure de 45 à 75 minutes, quoiqu’on puisse intervenir occasionnellement sur une période plus courte. Le traitement peut également se faire à distance, l’intervenant procédant en visualisant son patient, et ce dernier se plaçant lui-même en état de réceptivité.

Au cours et/ou à l’issue de la séance, le patient atteint généralement un état de grande détente, peut avoir expérimenté des sensations comme des picotements, des impressions de chaleur, une certaine légèreté. Des impressions visuelles colorées, sorte de rêve éveillé peuvent aussi être vécues. La détente aura entr’autre comme conséquence de calmer une souffrance physique : maux de tête, raideurs, sciatiques, crampes…

Si le Reiki procure un bien être évident, et peut aider une personne malade à guérir mieux, plus vite, ou a mieux supporter un traitement médical, en aucune manière le Reiki ne peut se substituer à un traitement médical.
Si toute personne ayant reçu une initiation au premier degré du Reiki peut pratiquer sur elle-même et son entourage proche, elle n’est autorisée à pratiquer plus largement qu’à partir du deuxième degré.

Il n’y a généralement aucun danger à pratiquer un soin Reiki, on peut cependant se demander si vis-à-vis de certaines personnes parfois un peu plus fragiles, ou traversant un période de vie plus difficile, un praticien Reiki ne devrait pas avoir une formation, ou au moins une expérience qui lui permet d’être à l’écoute du problème du consultant, et parfois d’y faire face.

Un praticien Reiki se doit également de renvoyer son « patient » chez un thérapeute compétent, s’il vient à remarquer un problème qui n’est pas de son ressort. Le Reiki peut toujours rester complémentaire à tout autre traitement médical, énergétique ou psychologique.

4) Bienfaits du Reiki

Les résultats obtenus sont très différents de personne à personne. On pourrait dire que cela dépend de ce que la personne a besoin pour son mieux-être.
Soit elle vient avec une demande précise : être moins nerveuse, mieux dormir, sortir d’un état dépressif, se préparer à subir une opération, mieux guérir des suites d’une opération, prendre une décision devant des choix difficiles, etc...
Soit elle vient chercher un moment de détente, sans demande très précise. Le Reiki a toujours une action bénéfique : apaisement, harmonisation, sensation d’être mieux présent dans la réalité, moins de stress, diminution éventuelle de certaines douleurs dues à des tensions : maux d’estomac, maux de tête..etc…
Mais jamais le praticien ne peut prévoir ce qui va exactement se passer, le Reiki infusé dans les circuits énergétiques subtils fera son œuvre…et les résultats sont parfois tout à fait là où on ne les attendait pas…mais en général la surprise est agréable.

5) La formation (initiation)

Le premier degré du Reiki (Shoden)
L’initiation du premier degré, consiste en un WE d’enseignement : historique, sources, philosophie.
Séances de Reiki initiatrices, dont l’objectif est d’ouvrir le canal énergétique pour permettre au Reiki de circuler, et faire ressentir cette énergie. Exercices : techniques japonaises, auto traitement, traitement court (assis), traitement complet (sur table. Il s’adresse à toute personne qui veut travailler sur elle-même, dans le but de se relaxer, se centrer, apaiser des tensions, soulager des petites douleurs. Elle pourra travailler sur elle-même et ses proches.

Le deuxième degré du reiki (Okuden ou Chuden suivant les écoles)
Consiste en un WE, durant lequel seront traitées les questions que les étudiants ont pu rencontrer dans leur pratique du premier degré. Il faut 6 mois minimum entre l’initiation 1er et 2ème degré.
Trois symboles seront étudiés. Ce sont des symboles élaborés par Mikao Usui, ou ses premiers collaborateurs. Certains sont issus de kanjis (caractères japonais ou chinois), ils seront analysés, et le sens en sera détaillé.
Des mantras ou kotodamas ou encore jumons suivant les écoles, sons liés à ces symboles seront transmis. A ce stade, les praticiens sont aptes à donner un soin Reiki à toute personne qui le demandera.

Des nouvelles pratiques de soin sont enseignées.

Le troisième degré (Okuden ou Shinpiden suivant les écoles)
Il s’adresse à toute personne qui veut encore progresser dans sa capacité de recevoir et donner cette Energie.
Le symbole du Maître est alors transmis. Il s’agit d’un Kanji, qui a valeur sacrée pour les bouddhistes puisqu’il s’agit rien moins que du Nom du Grand Bouddha de la Lumière.
A nouveau 6 mois minimum seront nécessaires entre le Reiki 2 et le 3. En général les personnes ressentent elles-mêmes cette nécessité d’attendre que le degré précédent soit intégré, digéré…

Le quatrième degré (Gokukaiden dans le Gendai Reiki, Shinpiden dans le Komyo Reiki)
est réservé à ceux et celles qui désirent enseigner à leur tour, et qui ont une réelle pratique de soin Reiki et qui manifestent une capacité à enseigner. Devenir Maître Reiki est une grande responsabilité pour l’enseignant et pour le candidat.
Cette étape se divise encore en quatre parties : Initiation à la maîtrise R 1, puis maîtrise R2 puis R3, et enfin R4. Il faut compter au moins 6 mois entre chaque étape avec une pratique, et la rédaction du syllabus correspondant. Au moins un an entre le III et le IV.
Pour accéder à la maîtrise, il est recommandé d’avoir fait un « stage » c’est-à-dire avoir assisté comme « stagiaire » à une initiation correspondante au degré de l’initiation.
Il faut avoir écrit son syllabus personnel. L’enseignement demande une rigueur, une information documentée sur le Reiki, son histoire, et les bases de la pratique. Chaque enseignant aura à cœur de produire un syllabus personnalisé. Chaque étape se fait en une journée, et il faut 6 mois au moins entre chacune.
En général, la maîtrise suppose que l’on « travaille » en Reiki, ou bien que l’on ajoute le Reiki comme outil à une autre pratique énergétique (kiné, massage, kinésiologie, sophro etc…).

6) Les prix

Les prix varient, mais il faut se méfier des prix exorbitants et injustifiés. Le Reiki ne se paie pas…on paie le temps que le praticien ou l’enseignant consacre à son travail, en tenant compte que lui-même a investi dans sa formation, et investit sans doute encore en formation continuée, rencontres internationales, stages à l’étranger, livres, etc...

Myriam Krings,
Formatrice en reiki (Shihan)
Professeur de Yoga.


Note de l’équipe de Mieux-Etre.org : Seuls les professionnels pratiquants ou enseignants le Reïki qui peuvent justifier avoir suivi d’autres formations professionnelles sont présentés sur Mieux-Etre.org


Article publié le 23 septembre 2005
Cet article vous a intéressé ? Restez informé des nouveautés en vous abonnant à notre newsletter.
Partager cet article
Avertissement
L'information diffusée sur Mieux-Etre.org est destinée à encourager, et non à remplacer, les relations existantes entre le visiteur du site et son médecin ou son thérapeute.
Mieux-Etre.org
© sprl Parcours
Tous droits réservés
Mentions légales