| Documentation | Articles | Développement personnel Coaching

Le clown d’intervention et son regard décalé sur les systèmes humains

Par Florence Pire

Je suis très contente d’avoir l’occasion, par cet article, d’ouvrir de nouvelles perspectives sur le clown car il est souvent enfermé dans des caricatures de personnages lourdauds, « pouêt-pouêt », pour enfants. Je vous présente le clown d’intervention comme intervenant systémique « out of the box » dans des contextes professionnels. Il apporte un autre regard sur ce qui l’entoure et suscite la réflexion en sortant du cadre et des habitudes, (M.D.R.²), Mort De Rire et Mine De Rien !

Commençons par quelques mots sur le clown ou plutôt sur la pluralité des clowns.

Les clowns d’aujourd’hui [1] viennent de plusieurs mondes : le cirque, le cinéma, le théâtre. Leurs champs d’action se sont diversifiés : la scène, la rue, les hôpitaux, les maisons de repos, les anniversaires, les congrès, les comités d’entreprise. Certains même s’expatrient comme les Clowns Sans Frontières.

Les approches du travail du clown sont également variées pour accompagner chacun à la « recherche de son propre clown ». Il y a donc autant de clowns qu’il y a d’individus.
Plusieurs chemins mènent au clown et chaque clown peut prendre différents chemins.

Le clown d’intervention est une pratique contemporaine initiée dans le sud de la France par le Bataclown [2] qui crée la « clownanalyse » au début des années 80. Cette démarche va amener un grand changement et donner au clown une nouvelle place dans la société.

« La naissance de la clownanalyse marque une différence fondamentale en introduisant le clown dans des milieux adultes peu attirés par l’image du clown (voire allergiques !), non pas pour les distraire mais pour leur tendre un miroir décalé. Ce nouveau terrain devenait pour nous le creuset d’une nouvelle conception de l’art du clown orienté vers l’intervention sociale. [3] »

Par l’axe « intervention », le clown sort du cirque pour donner son point de vue sur la vie et porter un regard différent sur le monde qui l’entoure. Avec son regard pétillant, éveillé et coloré, il agit dans des assemblées et des organisations, et devient un acteur social au même titre qu’un conférencier, un chercheur ou un sociologue.

Le clown d’intervention n’a pas sa langue en poche. Il vient dire des choses et il met en action. Grâce à son imaginaire débordant, il transmet sa vision de ce qu’il entend et observe, de ce qui existe ou est absent, de ce qui est dit ou sous-jacent.

« Plus j’aurai l’air con, et plus ce que je dirai aura l’air malin. [4] »

Cette citation nous permet de distinguer, d’une part, le contenu du message, et d’autre part, la définition de la relation qui s’installe entre le clown et le public. Il est important que le personnage-même du clown, par son attitude non-verbale, soit dans une posture ouverte et chaleureuse. Cela permettra de faire passer en douceur des messages parfois plus confrontant, en prenant un chemin détourné.

Le clown d’intervention agit principalement « en direct » : il improvise ici et maintenant en pratiquant le « oui et … ». La co-construction est au cœur de l’écriture improvisée. Le clown est en interaction avec l’événement, les orateurs, le public, les technologies, l’espace, le temps, … Observateur actif, il écoute ce qui se dit et se vit. Il laisse résonner. Tout peut devenir matière première sur laquelle il rebondit pour en faire autre chose. Le « oui » est l’écoute. Avec le « et », il s’agit d’amener de nouvelles informations. Capter tout ce qui se passe, le transformer, l’extrapoler et ainsi ouvrir le champ des possibles.

La co-construction est un élément essentiel du contrat de jeu. Au cœur de l’intervention se trouve donc la rencontre du clown avec le système. De nombreuses interactions ont lieu entre eux. Les informations viennent du système et y retournent, transformées. A son écoute, le clown lui transmet un autre regard sur lui-même. Son « savoir » se base sur ce que le système apporte, revisité par sa subjectivité, son monde, sa couleur. Le clown n’est pas neutre et donne son point de vue de clown sur le système. Il pose des choix. Il est impliqué par la désignation de ce qu’il met en exergue, par ce qu’il relève.

Tout en aérant, rafraichissant et oxygénant, le clown d’intervention agite, met en lumière, fait résonner, révèle, questionne le débat. Il contribue à élargir la réflexion et à nourrir à nouveau les échanges. Dans un processus de boucle circulaire, son intervention fait retourner les informations dans le système.

Le clown d’intervention est plus qu’un amuseur. Il est intervenant à part entière. Il permet d’actualiser la compréhension du fonctionnement du système en ouvrant les frontières, changeant les règles et modifiant des places. Il agit sur les relations à plusieurs niveaux car il vient « se mettre entre » l’assemblée et les orateurs, le public et le conférencier, les questions et les réponses, les représentations des uns et celles des autres, les certitudes et les incertitudes, le rationnel et l’irrationnel, l’organisation et son environnement, le mode mental automatique et le monde mental adaptatif, …

« Etymologiquement intervenir, c’est venir entre, s’interposer, ce qui peut être assimilé dans le langage commun à de l’ingérence, une intrusion ou encore aux bons offices. (…) L’intervention est donc avant tout une action qui consiste à mettre un tiers entre des éléments antagonistes ou entre ceux-ci et une difficulté. [5] »

La position tierce du clown crée un espace de liberté, d’expression et de confrontation. En venant de l’extérieur, il peut ainsi prendre une position « méta » pour avoir une vue d’ensemble d’un sujet, d’une problématique, d’une réalité, d’un fonctionnement, d’un quotidien, … Cette prise de recul lui permet de comprendre ce qui se joue pour ensuite venir le donner dans le système.

Le clown d’intervention est un métacommunicateur : suite à ces observations, il vient communiquer sur les communications et les relations. Il nomme les évidences, les redondances, renomme ce qu’il a compris ou pas, explore le tout et le rien, dit tout haut ce qui se dit tout bas, …Il réinvente le discours, l’histoire, les explications, les vérités, ... Il remet en jeu les enjeux en jeu…

Le clown d’intervention apporte un recadrage : une modification du cadre, de l’angle d’approche et du contexte. Il invite le système à poser un autre regard sur lui-même, dans un esprit ludique et convivial. Le recadrage est provocateur de changement et entraîne une redéfinition du système.

Le clown invite le public à mettre de la distance par rapport à son fonctionnement et ses questions. Le public est amèné à devenir observateur de ce qui se passe, « spect-acteur » d’une autre représentation de lui-même. Le décalage apporte une prise de distance, une nouvelle vision, un nouveau sens. Elle stimule la réflexion.

« L’intérêt de la systémie n’est pas de « détenir la vérité » mais de produire un décalage par rapport à la pensée antérieure du sujet et lui permettre ainsi de reconsidérer à la fois les situations et sa propre relation à ces situations. [6] »

Avec son monde imaginaire, ludique et métaphorique, le clown surprend en sortant du quotidien, de la routine, des habitudes, de « toujours plus de la même chose ». C’est dans l’inattendu que de nouvelles choses se passent !

« La folie, c’est faire toujours la même chose et s’attendre à un résultat différent. [7] »

Le clown d’intervention « dé-concentre » et ainsi, il dynamise voire réveille le regard du public sur l’événement dont il est partie prenante. Les choses s’impriment autrement, grâce à ce power-point vivant ! Il rend les approches théoriques plus accessibles. Le système s’ouvre alors à d’autres idées, d’autres sens, d’autres directions et de nouvelles perspectives.

« Trois notions-clés sont donc partagées par l’humour et le recadrage : amener le patient à une position d’observation, provoquer chez lui l’étonnement, et réinterpréter les données de départ. (…) La tonalité joyeuse que l’humour donne au recadrage favorise un regard positif sur la réalité. (…) La surprise induite chez les patients peut ainsi les amener plus facilement à envisager d’autres possibles de pensée, de parole et d’action. [8] »

Le clown invite à lâcher la pensée rationnelle, linéaire, logique, automatique pour ouvrir à un état d’esprit créatif, curieux, positif, nuancé, réflexif. Intervenant à part entière, il agit comme une « question ouvrante » d’un coach ou d’un consultant pour susciter des prises de conscience cognitives, émotionnelles et/ou comportementales. Il est donc bien un contenant qui peut malaxer, revisiter tout type de contenu car c’est bien à un autre le regard qu’il invite le public.

Dans des contextes professionnels, les pouvoirs de l’humour du clown se situent tant au niveau individuel, collectif qu’organisationnel
Il joue sur le bien-être en réduisant le stress, améliorant l’humeur et la créativité.
Il enthousiasme les relations collectives en invitant l’assemblée, les équipes à vivre une autre expérience ensemble et donc à se rencontrer autrement,
Il augmente la performance des organisations en développant une culture d’entreprise investissant dans le capital humain. Prendre du temps pour l’humain permet de gagner du temps pour autre chose. Il y a bien « retour sur investissement ».

« Marrez-vous plus pour produire plus. [9] »

L’intervention prend une nouvelle forme : par le ludique, l’humour, le décalé, l’inattendu, le léger, l’imaginaire et la métaphore, le clown amène un renversement dans le mode habituel d’approche des systèmes. Ce Fou du Roi se rapproche de la position du Sage, par son décalage, révélateur de sens.

Cette démarche humaniste et humoristique, du regard de l’humain sur l’humain, est complémentaire à d’autres interventions dans la perspective de l’approche holistique des organisations.

« Le rire est une chose sérieuse avec laquelle il ne faut pas plaisanter. » [10]

Florence Pire est sociologue systémicienne, praticienne de l’Approche Neurocognitive et Comportementale, enseignante en Haute Ecole, formatrice et coach. Elle anime depuis 2002 des workshops visant le développement des compétences relationnelles et de l’intelligence collective par l’improvisation théâtrale (Pour en savoir plus : www.ex-pression.be).
Et depuis 2007, elle interviens également avec Daisy Croquette (www.daisy-croquette.com). Daisy est une clown sociologue, membre de la famille des clowns d’intervention. Ses terrains de prédilection sont tous les lieux de vie et de rencontre qui existent dans tout type d’organisation, que cela soit en interne ou en externe : colloques, journées d’études, débats, présentations de projet, séances d’informations, inaugurations, … ou encore, assemblées générales, réunions d’équipe, brainstormings, formations, coachings, jeux de rôle, …

Bibliographie

AUTISSIER David et ARNEGUY Elodie, Petit traité de l’humour au travail, Groupe Eyrolles, 2012.
BELLENGER Lionel et BARRAIS Delphine, Managez avec humour, ESF Editeur, 2011.
BONAMI Michel, DE HENIN Bernard, BOQUE Jean-Michel, LEGRAND Jean-Jacques, Management des systèmes complexes, De Boeck Editions, 1993
CAHIERS CRITIQUES DE THÉRAPIE FAMILIALE ET DE PRATIQUES DE RÉSEAUX, PANICCHELLI Christophe, L’humour et la surprise en psychothérapie, De Boeck Editions, n° 39, 2007/2.
CEAZARD Delphine., Les « nouveaux » clowns, L’Harmattan, 2014.
LA COMPAGNIE DU BATACLOWN, Voyage(s) sur la diagonale du clown, L’Harmattan, 2012
MUCCHIELLI Alex, Approche systémique et communicationnelle des organisations, Armand Collin, 1998
TRICART Christophe, L’humour au service de la performance, Editions Jouvence, 2015.
YATCHINOVSKY Arlette, L’approche systémique. Pour gérer l’incertitude et la complexité, ESF Editeur, 2004


NOTES

[1CEAZARD D., Les « nouveaux » clowns, L’Harmattan, 2014.

[3LA COMPAGNIE DU BATACLOWN, Voyage(s) sur la diagonale du clown, L’Harmattan, 2012, p.163-164.

[4Citation de Philippe GELUCK

[5BONAMI M., DE HENIN B., BOQUE J-M., LEGRAND J-J., Management des systèmes complexes, De Boeck Editions, 1993, p.98

[6YATCHINOVSKY A., L’approche systémique. Pour gérer l’incertitude et la complexité, ESF Editeur, 2004, p.103

[7Citation d’Albert EINSTEIN

[8CAHIERS CRITIQUES DE THÉRAPIE FAMILIALE ET DE PRATIQUES DE RÉSEAUX, PANICCHELLI C., L’humour et la surprise en psychothérapie, De Boeck Editions, n° 39, 2007/2, p.407-410

[9AUTISSIER D. et ARNEGUY E., Petit traité de l’humour au travail, Groupe Eyrolles, 2012, p.13

[10Citation de Raymond DEVOS


Article publié le 26 août 2018
Cet article vous a intéressé ? Restez informé des nouveautés en vous abonnant à notre newsletter.
Partager cet article
Avertissement
L'information diffusée sur Mieux-Etre.org est destinée à encourager, et non à remplacer, les relations existantes entre le visiteur du site et son médecin ou son thérapeute.
Mieux-Etre.org
© sprl Parcours
Tous droits réservés
Mentions légales