| Documentation | Dico | Bien-être / Santé

Le Do-in remonte aux origines du massage : le geste de la main qui écoute, qui réchauffe, qui rassure son propre corps.
C’est un auto-massage, un massage que l’on se fait soi-même.

Le Do-in vient de Chine, comme l’Acupuncture dont il découle. Mais on peut le pratiquer sans connaissances théoriques préalables. C’est d’ailleurs bien préférable pour nous, habitués que nous sommes à tout aborder de façon mentale : le Do-in apprend à mieux SENTIR. Dans la suite, on peut l’enrichir par l’étude.

Tao -Inn, en chinois, Do-in, en japonais signifient :
DO (= la Voie philosophique), IN (= recevoir, accueillir). La traduction révèle qu’il s’agit d’autre chose que d’un simple soin corporel. Ce n’est pas une "do-it yourself acupuncture", un ensemble de trucs pour faire passer les bobos. C’est une façon de penser et de vivre.

La technique utilise des percussions élastiques, des pressions progressives, des frictions, des vibrations, des mobilisations, des étirements, des effleurements à distance,... sur les trajets suivis par l’énergie dans les corps (les méridiens).

Le secret de la réussite : l’attention intérieure. Il ne s’agit pas de recopier des gestes, mais d’expérimenter une modification énergétique. C’est inhabituel, mais le corps, qui est un bon élève, se prend vite au jeu et devient créatif. Le dialogue s’établit entre "moi-tête" et "moi-corps".

C’est une exploration intérieure, une grande entreprise de réunification des différentes parties du corps, du corps et de l’esprit, de l’intérieur et de l’extérieur.

Le Do-in est optimiste : il fait confiance au pouvoir d’auto-équilibrage intérieur de chacun (la "Vix medicatrix Naturae" des anciens). Il ouvre les portes à l’énergie qui nous entoure (captation), l’aide à circuler librement au dedans (utilisation) et la guide ensuite vers l’extérieur (élimination).

Cette énergie se manifeste sous toutes les formes possibles : des plus matérielles (aliments), jusqu’ au plus subtiles (amour), inextricablement mélangées.

Quand l’énergie circule bien en nous, nous sommes en état de bien-être, de santé. Quand son débit ralentit ou devient excessif, nous glissons vers une dysharmonie ("disease" : maladie). Quand elle s’est arrêtée de circuler, la vie matérielle s’arrête.

Le Do-in prépare à l’action : c’est une belle mise en train en début de journée. Le Do-in apprend à se recentrer : à remettre ensemble les morceaux éparpillés par les événements de la vie, à regrouper les forces pour une action efficace.

Le Do-in constitue une expérience fondamentale du toucher thérapeutique. Il est à la base de l’apprentissage du massage. Comment pourrais-je prétendre poser les mains sur autrui, lui apporter de l’aide, si je n’ai pas fait l’expérience de ces mains sur moi-même ?

La personne qui découvre le Do-in prend goût à la responsabilité de soi ("prendre les choses en mains").

On apprend à s’ouvrir, à faire confiance dans la vie : toujours à un certain niveau, le pouvoir de faire bouger les choses. Aide-toi, le Ciel t’aidera.

Benoit de Pierpont


Article publié le 21 août 2009
Cet article vous a intéressé ? Restez informé des nouveautés en vous abonnant à notre newsletter.
Partager cet article
Avertissement
L'information diffusée sur Mieux-Etre.org est destinée à encourager, et non à remplacer, les relations existantes entre le visiteur du site et son médecin ou son thérapeute.
Mieux-Etre.org
© sprl Parcours
Tous droits réservés
Mentions légales